/misc
Navigation

Coderre 1 Chaoui 0

Coderre 1 Chaoui 0

Coup d'oeil sur cet article

Je n’avais pas Denis Coderre en très haute estime. Ça remonte au scandale des commandites; même si on n’a rien eu à lui reprocher, je me disais qu’il avait été trop proche de certains des personnages épinglés pour avoir pu vraiment tout ignorer.

J’avais écrit, peu de temps après son élection à la mairie de Montréal, qu’il avait suffisamment de vide dans les idées pour faire une brillante carrière à la tête de la Grosse Poire.

Je me ravise : il fait un bon boulot, le maire Coderre. Ce poste lui va comme un gant. Avec Labeaume, les deux font la paire...

Remarquez que dans le dossier des régimes de retraite municipaux, il n’a pas eu à trop se forcer: es imbéciles en cause se sont discrédités d'entrée de jeu devant toute la population.

Mais c’est devant le provocateur musulman que le maire Coderre atteint quasiment la perfection dans son rôle. Il a dit clairement sa désapprobation, et les mots simples sont les plus efficaces et trop rares dans la bouche des politiciens modernes : Chaoui est un «fomenteur de tensions sociales». Et vlan, dans les dents du curaillon!

Chaoui est retourné dans le maquis où sans doute cherche-t-il un moyen d'assurer sa résurrection. Il n'a pas voulu dire un mot à TVA qui lui tendait gentiment un micro: «Respectez mon choix», a-t-il dit.

Je me suis demandé si, de près, sa douleur était visible: c'est une femme qui lui posait des questions... À la télé, ironiquement, c'est lui qui avait l'air d'un mécréant...

Mais ne nous méprenons pas sur le succès des élus montréalais.

Le maire Coderre a fait ce qu'il fallait mais de son côté le mini maire Ménard, du triangulaire arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, a réagi un peu tardivement, bien après ses loyaux et gentils fonctionnaires. De là le long silence de son administration, mêlée dans ses petits papiers et ses autorisations...

Parce que Chaoui avait demandé et obtenu un permis pour transformer les locaux qu’il avait loués. Et on «transforme» généralement des locaux pour les occuper... Les fonctionnaires avaient dit oui aux rénovations, c'est qu'ils allaient dire oui au reste... sans trop savoir de quoi il s'agissait. C'est ce que je comprends de cet imbroglio, que l'on a présenté ensuite comme un franc succès de la démocratie contre l'activisme musulman... 

Si la présence du prédicateur Chaoui n’avait pas été signalée par les médias, le permis d’occupation aurait suivi les transformations, ce n’était qu’une question de temps... On serait devant le fait accompli, à se torturer de questions sur la liberté d'expression et les droits des minorités à mener leurs petites affaires en toute intimité...

M. Ménard dit qu’il reverra la réglementation. Grand bien lui fasse. On ne lui en demande pas moins.

«L’obtention d’un certificat d’occupation (sera) conditionnel à une enquête d’habilitation sécuritaire», a-t-il expliqué. Ce qui veut dire qu’on ne permettra pas (ou plus...) à des provocateurs de s’installer n’importe où.

Vous me direz qu’il était temps. Dans le montréalistan, il y a environ 70 mosquées dont un grand nombre profitent de crédits d’impôt...

Car voyez-vous, la religion est chez nous défiscalisée. Une vraie farce quand on y pense...

L'État presse le citron des assistés sociaux qui sont propriétaires d'une bicoque mais les organisations religieuses, dont la très riche église catholique de Rome, profitent d'abris fiscaux dont l'origine remonte au temps de la colonie...

Misère...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.