/news/politics
Navigation

Elles avaient prévenu les enquêteurs que son témoin-vedette mentait

Elles dénoncent le peu de considération accordée à leurs informations

Annick Hupperetz et Raymonde Faubert
Photo d'archives Raymonde Faubert et Annick Hupperetz

Coup d'oeil sur cet article

Les deux sonneuses d’alarme qui ont averti la commission Charbonneau que son témoin-vedette Gilles Cloutier mentait à la barre déplorent que les enquêteurs alertés ne les aient pas prises au sérieux.

«C’est inquiétant. Ça soulève des doutes. Il y en a combien de cas comme ça? Combien d’autres témoins se sont parjurés?» lance l’une d’elles, Annick Hupperetz.

Le témoignage des deux femmes est une autre tuile sur la tête de la Commission qui a passé la semaine dernière en mode défense, alors que son témoin-vedette, Gilles Cloutier, l’embarrasse sérieusement. Non seulement a-t-on appris qu’il a été arrêté pour parjures cet été, mais la Commission aurait jugé ses mensonges «pas plus graves que ça», assure-t-il.

Pourtant, Mme Hupperetz et l’ancienne conjointe de Cloutier, Raymonde Faubert, assurent avoir tiré la sonnette d’alarme dès le printemps 2013 à son sujet.

Mme Hupperetz avait d’abord averti la Commission que la fameuse auberge de Pointe-au-Pic, dont M. Cloutier répétait être le propriétaire, n’avait jamais été la sienne. Elle l’a fait notamment dans un courriel dont Le Journal a obtenu copie.

« Pas intéressés »

Raymonde Faubert et Annick Hupperetz ont avisé les officiers de la commission Charbonneau que leur témoin Gilles Cloutier avait menti en déclarant avoir été propriétaire de cette luxueuse auberge de Pointe-au-Pic.
Photo d'archives
Raymonde Faubert et Annick Hupperetz ont avisé les officiers de la commission Charbonneau que leur témoin Gilles Cloutier avait menti en déclarant avoir été propriétaire de cette luxueuse auberge de Pointe-au-Pic.

«Ils n’étaient pas intéressés du tout par l’information. On ne me croyait pas. Pourtant, c’est grave (qu’il mente, peu importe sur quoi). Il salit des réputations», regrette Mme Hupperetz.

Celle-ci a aussi avisé Le Journal qui avait publié l’information. Moins d’une heure avait été nécessaire pour vérifier que le nom de Gilles Cloutier n’apparaissait pas au registre foncier, puis retracer le véritable propriétaire à New York afin de confirmer qu’il avait bien loué sa maison à Cloutier.

«C’est facile à vérifier. D’autant plus que Cloutier était un témoin collaboratif dont le témoignage a été préparé à l’avance par les enquêteurs», déplore Mme Hupperetz.

Tout comme Mme Faubert, elle pense que la Commission aurait dû faire des vérifications élémentaires avant de laisser Cloutier s’installer à la barre. Du moins, elle aurait dû «écouter les gens qui ont des choses à dire», comme elles.

Liste de parjures

Gilles Cloutier, Témoin
Photo d'archives
Gilles Cloutier, Témoin

En effet, Raymonde Faubert raconte avoir reçu le même accueil lorsqu’elle aurait transmis une liste d’une dizaine de parjures qu’elle avait relevés aux enquêteurs au lendemain du témoignage de son ex-conjoint.

«Ce n’était jamais grave pour eux», se souvient l’ex-conjointe de Cloutier, irritée.

Selon elle, Cloutier aurait menti sur toute une série d’éléments: son éducation, comment est payée la voiture qu’il conduit, la provenance de l’argent qu’il dépense, son implication dans un «cartel» du déneigement sur la couronne nord et les Basses-Laurentides, pour ne nommer que ceux-là.

Si Mme Faubert convient qu’il ne s’agit pas là d’éléments clés du témoignage de Cloutier, le nombre de mensonges met en doute l’ensemble des propos tenus par ce «menteur compulsif», plaide-t-elle.

«Ce n’est pas correct. Tout le monde a bu ses paroles. Ils l’ont laissé aller. Ils prenaient tout ce qu’il disait. Ça leur faisait un beau témoin. Ils (la Commission) ont été manipulés», s’exclame-t-elle.

Du côté de la commission Charbonneau, on préfère ne pas commenter l’affaire par respect pour le procès qui se tient ces jours-ci au palais de justice de Saint-Jérôme.

Une procureure de la commission est intervenue lors de ces procédures la semaine dernière pour assurer que les propos tenus par Cloutier – notamment à savoir que la Commission aurait minimisé la gravité de ses mensonges – la «discréditent de façon gratuite» et que nombre d’entre eux sont «formellement niés», «faux» et «mal fondés».

Chronologie des événements
Du 30 avril au 2 mai 2013
Gilles Cloutier témoigne devant la commission Charbonneau. Il éclabousse bon nombre d’élus. Pendant ce temps, Annick Hupperetz con­tacte la Commission pour les avertir d’un mensonge proféré à la barre par Cloutier concernant la propriété de l’auberge de Pointe-au-Pic.
7 mai 2013
Le Journal publie un article selon lequel plusieurs détails avancés par Cloutier ne tiendraient pas la route au sujet de l’auberge en question.
13 et 14 mai 2013
Gilles Cloutier reprend son témoignage en avouant avoir menti sur la question de l’auberge. Il s’excuse.
Mai 2013
Raymonde Faubert remet une liste de plus d’une dizaine de parjures qu’aurait faits Cloutier aux enquêteurs de la Commission, assure-t-elle.
Septembre 2014
Gilles Cloutier est arrêté et interrogé par la Sûreté du Québec à la suite d’une plainte pour 15 allégations de parjures.
26 janvier 2015
La question des parjures de Cloutier rebondit en plein procès pour fraude et complot au sujet d’un important contrat public à Boisbriand. La crédibilité de Cloutier, un des témoins principaux, ainsi que celle de la Commission sont mises à mal.