/sports/others
Navigation

Le FAT BIKE, nouvelle coqueluche des sports d'hiver

Coup d'oeil sur cet article

Bromont – Le Fat Bike est en explosion au Québec, il est difficile d'en trouver dans les boutiques qui ont tout vendu.

Le Fat Bike, ce vélo d'hiver qui permet d'emprunter les pistes de raquettes, fait de plus en plus d'adeptes au Québec. « Le Fat Bike est vraiment en explosion au Québec en ce moment, c'est difficile d'en trouver dans les boutiques qui ont presque tout vendu. », a déclaré Christian Gauvin qui a remporté la course de la marmotte ce samedi à Bromont. Cette victoire le place en première place du Grand Fat Tour 2015. « C'est un sport très accessible à tout le monde, tu peux rouler à -35, -40 parce que tu bouges tout le temps.», a ajouté M. Gauvin.

Une fête pour braver l'hiver

Lucie Carpentier et Pierre Cayer sont venus spécialement de Québec pour assister à la course et célébrer l'hiver à Bromont. « Nous sommes des adeptes de Fat Bike, c'est une autre façon de voir l'hiver, de bouger, de braver l'hiver quoi.», a déclaré Mme Carpentier.

L'activité se voulait festive et familiale avec jeux gonflables, feu de camp, nourriture et boissons, pour faire bouger et réchauffer tout le monde. Des Fat Bike étaient mis à la disposition des visiteurs qui désiraient tenter l'expérience sur la piste. « Puisque le jour de la marmotte est le 2 février, on voulait souligner la fête d'hiver avec quelque chose de spécial et de familial et La marmotte, ça fait rire tout le monde. On a voulu la faire sortir de son trou pour que le printemps arrive plus vite.», a déclaré Nicolas Legault, Directeur général du Centre national de cyclisme de Bromont et organisateur de la journée.

45 coureurs ont bravé le froid

Plus de 45 coureurs, dont 10 femmes, ont pris le départ par un froid de -20 degrés pour la Course de la marmotte à Bromont. Organisée par le Centre national de cyclisme de Bromont pour une troisième année, cette course s'inscrit dans le Grand Fat Tour qui comprend 6 compétitions, dont 3 au Vermont et 3 au Québec. « Le plus difficile dans cette course c'est qu'on a aucun repos parce qu'il n'y a pas de descente sur la piste. Aussi c'est de garder l'équilibre et de savoir bien doser la pression sur les pédales pour éviter de glisser. », a conclu le vainqueur Christian Gauvin.