/misc
Navigation

Obscurantisme contre raison

Obscurantisme contre raison
Reuters

Coup d'oeil sur cet article

 

Le deuxième otage japonais vient d'être décapité. Les Japonais sont encore ébahis que l'un des leurs ait été la cible des fanatiques musulmans du califat. Ils croyaient jusqu'à maintenant que leur nationalité japonaise les protégeait. Quelques experts japonais du monde arabe avancent que les Japonais sont de proches alliés des Américains et que c'est pour cette raison que les soldats du califat les ont ciblé.

 

La réaction de l'opinion publique japonaise est prévisible. L'exécution des otages japonais ne va pas éloigner le Japon des États-Unis, bien au contraire. En plus, elle va inciter le gouvernement japonais à accentuer son effort de reconstruction de l'armée japonaise. Les forces d'auto-défense, comme on les appelle là-bas, constituent la sixième armée au monde en termes de dépenses militaires.

 

Une armée japonaise plus forte

 

Le gouvernement de Shinzo Abe, qui rêve de renforcer encore plus l'armée japonaise, trouve dans ce triste épisode des otages japonais une belle excuse pour accélérer son projet. Il ne serait pas étonnant que l'armée japonaise se dote de forces spéciales qui pourraient intervenir à l'étranger. Ceci impliquerait probablement une hausse du budget de l'armée japonaise, qui jusqu'à présent dépassait rarement 1% du PNB du pays.

 

Un rejet mondial du fondamentalisme religieux

 

L'exécution de l'otage japonais et la réaction du public japonais renforce aussi un courant mondial de rejet du fondamentalisme religieux, en particulier du fondamentalisme religieux musulman. Les musulmans qui vivent ailleurs que dans des pays musulmans commencent à se mobiliser pour exprimer le profond dégoût que leur inspire cet islam-là. Bien souvent, ces gens ont quitté leur pays parce que des fondamentalistes musulmans avaient rendu leur vie infernale. (La situation est un peu plus compliquée que cela. Dans certains cas les fondamentalistes ont été instrumentalisés par l'armée, etc.)

 

Certains de nos leaders politiques sont proches des fondamentalistes

 

Quoiqu'il en soit, il émerge en Occident une certitude tranquille que le fondamentalisme religieux est un ennemi commun des démocraties, un peu comme le communisme l'était autrefois. Ce fondamentalisme religieux n'est pas que musulman. Il appartient aussi à d'autres religions, bien qu'il ne débouche pas nécessairement sur le terrorisme.

 

C'est précisément parce que le fondamentalisme religieux musulman interpelle les autres fondamentalismes religieux que la réaction de certains leaders occidentaux est si timide ou si embarrassée. Les Harper et Obama sont eux-mêmes sous l'influence de groupes fondamentalistes religieux.

 

D'une certaine manière, le fondamentalisme musulman rend un grand service à nos démocraties en les obligeant à remettre en question la place de ces autres fondamentalismes dans nos sociétés. Le combat ne sera pas joli. Mais comme au siècle des lumières, la raison devrait l'emporter sur l'obscurantisme.

 

Les leaders politiques feraient bien de se positionner du côté de la raison plutôt que de défendre les croyances religieuses. Les populations des pays démocratiques ont déjà choisi leur bord, comme le montre la population japonaise. Ce bord est celui de la raison.

 

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.