/opinion/columnists
Navigation

Peintures de guerre à l’ASSÉ

Coup d'oeil sur cet article

«À nous de mettre le feu aux poudres, à nous de lancer la grève.» La date du déclenchement du bordel par l’ASSÉ est déjà fixée: ce sera le 21 mars, pour le symbolisme du début d’un autre «printemps érable» au Québec.

L’ASSÉ signifie Association pour une solidarité syndicale étudiante. Elle représente quelque 70 000 étudiants de cégeps et de facultés ou départements universitaires. Elle prône le «syndicalisme étudiant de combat».

Au niveau universitaire, elle recrute essentiellement des étudiants du domaine des sciences humaines: philosophie, littérature, anthropologie, géographie, musique, sociologie, sciences politiques, etc. Vous n’y retrouvez pas d’étudiants en génie, en administration, en médecine ou en actuariat!

La CLASSE de Gabriel Nadeau-Dubois, la faction la plus radicale de la grève de 2012 qui a mis le Québec sens dessus dessous avait été enfantée par l’ASSÉ.

L’ASSÉ tiendra ensuite une «manifestation baromètre» le 2 avril, suivie d’un congrès extraordinaire les 4-5 avril, où l’on décidera d’appeler ou non à la poursuite de la grève. Si c’est oui, des assemblées générales de reconduction du mandat de grève auront lieu à partir de la semaine du 7 avril.

Il est même prévu dans le plan d’action écrit d’avance que si les enseignants déclenchaient la grève et tombaient sous le coup d’une loi spéciale, les étudiants iraient remplacer les professeurs sur les lignes de piquetage.

Enrayer à la source

Des adolescents attardés de nos cégeps et des pelleteux de nuages universitaires rêvent de replonger le Québec dans le chaos.

La source du problème est la Loi sur l’accréditation et le financement des asso­ciations étudiantes, adoptée par le Parti québécois en 1983. Il s’agit d’un calque des principales dispositions de la formule Rand. L’appartenance et la cotisation à l’association en place sont obligatoires. Le hic, c’est que les associations étudiantes ne sont pas des syndicats; les quorums aux assemblées sont en plus minimalistes et la démocratie totalement absente. Résultat: de petites minorités réussissent à priver de cours des étudiants sérieux qui n’ont rien à foutre du délire politique de petits révolutionnaires de cafétérias, où ils étirent sur cinq ans un cours collégial qui devrait en prendre deux.

Les «carrés verts» Laurent Proulx et Miguaël Bergeron, qui ont été ainsi été privés de cours en 2012, se sont lancés dans des procédures judiciaires qui les amèneront jusqu’en Cour suprême pour briser le modèle existant. Ils sont courageux.

Au tour du gouvernement

Il serait beaucoup plus simple que le gouvernement Couillard laisse passer la vague du printemps 2015 (inutile d’attiser le feu) et qu’il change la loi à l’automne. Fin de l’appartenance et des cotisations obligatoires aux associations en place lors des inscriptions des étudiants. C’est au tour du gouvernement de faire preuve de courage.

Entre-temps, les valeureux ti-counes qui fantasment sur une répétition du «printemps-érable» de 2012 seront en «camp de formation» les 7-8 février, à Drummondville. Au menu, un salmigondis anarchiste constitué de néo-libéralisme, luttes environnementales, racis­me, film documentaire féministe, culture et austérité et, bien sûr, mobilisation contre l’austérité et les hydrocarbures. On brasse un peu le tout, on sort les casseroles et les masques, et on descend dans la rue... T’sé veux dire, man?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.