/news/health
Navigation

Il perd 277 lb pour voir grandir ses petits-enfants

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-HYACINTHE | Un homme de 57 ans, qui a perdu 277 lb au cours des trois dernières années, veut prouver qu’il est possible de se reprendre en main, quel que soit l’âge qu’on a.

SAINT-HYACINTHE | Un homme de 57 ans, qui a perdu 277 lb au cours des trois dernières années, veut prouver qu’il est possible de se reprendre en main, quel que soit l’âge qu’on a.

Jean-Guy Roy pesait 486 lb en 2011 lorsqu’il a décidé de se prendre en main. Il a perdu un poids équivalent à celui d’un boxeur poids lourd ou de deux femmes, en termes de poids.

Ses fils, Olivier et Jonathan, ont été l’élément déclencheur de sa remise en forme. «Ils voulaient que je sois longtemps avec eux pour que leurs futurs enfants aient la chance de me connaître.»

Quand on pèse près de 500 lb, le quotidien est souvent pénible. «J’étais toujours essoufflé et même sortir du bain ou aller aux toilettes était difficile», expose le résident de Saint-Hyacinthe.

«C’est un tabou, mais rendu aussi obèse, tu n’as plus de relations sexuelles», ajoute-t-il.

En 2011, il a perdu 50 lb pour qu’on puisse lui installer un anneau gastrique. «L’anneau est là pour te dire que tu as assez mangé, mais il ne t’empêche pas de t’empiffrer.» Il a donc repris tout le poids perdu et même plus.

Détermination

Bien décidé à se reprendre en main, il s’est rendu dans un gym, où il a rencontré son entraîneur, Vincent Laurendeau, en qui il a une pleine confiance.

Ce dernier souligne que son client et ami est un exemple de détermination. «Certains matins, j’étais fatigué, mais je me disais que si j’appelais pour annuler ma séance ne serait-ce qu’une seule fois, ce serait ensuite plus difficile de recommencer», commente le quinquagénaire.

Opéré à ses frais

Petit à petit, il a changé ses habitudes et il s’entraîne maintenant six heures par semaine. «Avant, je pouvais manger un paquet de bœuf haché familial et mettre deux tasses de sucre dans mes céréales», se souvient Jean-Guy.

En raison de sa grande perte de poids, M. Roy a des excédents de peau au ventre et aux cuisses. Il doit bientôt subir des opérations pour se les faire enlever. Toutefois, seule la chirurgie des cuisses sera couverte par la RAMQ. Il est un peu déçu, parce qu’il considère qu’avec sa remise en forme le système de santé économisera les 10 ou 15 ans qu’il aurait passés dans un lit d’hôpital.

60 km de marche

Pour rester motivé, M. Roy se fixe des objectifs. Son prochain consiste à marcher les 60 km qui séparent Saint-Hyacinthe de Montréal, le 21 février. Avec son arthrose et les conditions hivernales, il croit pouvoir le faire en 20 h.

«Pour moi, c’est une sorte de pèlerinage, explique celui qui terminera son parcours à l’oratoire Saint-Joseph, j’ai besoin de me retrouver.»

D’ici quelques années, il souhaite donner des conférences pour inciter d’autres personnes à se prendre en main.