/finance/stockx
Navigation

Simple pompiste, il lègue 8 millions$ à la bibliothèque municipale et à l'hôpital de sa petite ville

Le seul indice permettant de croire que Ronald Read, un pompiste et concierge du Vermont décédé à l’âge de 92 ans, avait discrètement amassé une fortune de 8 millions $, était son habitude de lire le «Wall Street Journal»

Brattleboro, Vermont

Coup d'oeil sur cet article

Ronald Read, un pompiste et concierge dans un magasin à rayon du Vermont, décédé à l’âge de 92 ans l'été dernier, avait discrètement amassé une fortune de 8 millions $, qu'il a officilellement légué en partie à sa communauté.

Ce n’est que la semaine dernière que les résidents de Brattleboro ont découvert son petit secret, c’est-à-dire lorsque la bibliothèque et l’hôpital ont reçu respectivement 1,2 million $ et 4,8 millions $, soit la majeure partie de sa succession construite au fil des ans avec l’achat judicieux d’actions boursières.

«Investir et couper du bois, il était bon dans les deux aspects», a indiqué mercredi son avocate Laurie Rowell, soulignant qu’il lisait le «Wall Street Journal» tous les jours.

La plupart des personnes qui ont connu M. Read, qui est décrit comme une personne frugale et très discrète, savaient qu’il pouvait manier une hache. Mais personne ne savait à quel point il gérait bien son portefeuille financier.

M. Read, qui était la première personne de sa famille à obtenir un diplôme d’études secondaires, était vêtu de chemises usées et passait son temps libre à récupérer des branches qui étaient tombées des arbres pour son poële à bois. Il conduisait une Toyota Yaris usagée.

«Vous n’auriez jamais dit que l’homme était millionnaire, a déclaré Mme Rowell. La dernière fois qu’il est venu ici, il a stationné très loin dans un endroit où il n’y avait pas de parcomètres, de façon à économiser des pièces de monnaie.»

Avec Reuters