/lifestyle
Navigation

En paix ou en chicane?

En paix ou en chicane?
Illustration Benoit Tardif, colagene.com

Coup d'oeil sur cet article

A quoi bon se marier si c’est pour divorcer ensuite? Sous l’angle de la durée, le mariage est un défi aux statistiques. Depuis 2008 et l’interruption de certains relevés statistiques, on ne sait plus combien d’alcôves se vident et combien de partenaires dorment dans des lits trop grands. Rappelons seulement qu’au Canada, plus de 40 % de mariages se concluent sur un divorce et qu’au Québec, de 35 à 42 % de ces unions subissent le même sort avant le 30e anniversaire de mariage. Ajoutons-y les mariés qui rompent sans divorcer et les couples en union libre qui se séparent à l’abri des statisticiens... Autant être prêts!

Prélude au divorce. Pour l’entourage, et notamment les enfants, la période pendant laquelle certains protagonistes se déchirent en public est désagréable. Pathétique. Le désolant spectacle des récriminations est souvent à l’affiche. On agissait ainsi, il y a 20, 30 ans. Aujourd’hui, il y a moyen d’agir autrement, surtout devant les enfants. Plusieurs d’entre eux préfèrent des parents divorcés que déchirés.

À l’amiable. Vous vous aimiez au point de vouloir vivre ensemble et vous marier? Cultivez le souvenir des jours où vous vous épatiez l’un l’autre. Le temps où vous vous trouviez allumés, géniaux, généreux. Avec un rien de ces ingrédients redécouverts, vous envisagerez un divorce à l’amiable. La chicane coûte cher en bidoux.

Grandes langues. N’exigez pas que vos proches prennent parti. On vous en supplie? N’y consentez qu’au nom de la Justice. Vous êtes un ami, un parent? Ne jetez pas d’huile sur le feu; à raconter ce que vous avez vu ou ce qu’on dit à propos d’elle ou de lui. Beaucoup de divorcés se ressoudent et, quand ils le font, ils écartent les grandes langues! Soyez réceptif, compatissant et ménagez vos commentaires.

Amis ? Quels amis ? Séparés ou divorcés, les couples admettront que l’épreuve qui suit -assez cruelle- la dispersion des amis. Ceux de l’un et ceux de l’autre. Ceux qui préfèrent l’un à l’autre. Ceux, enfin, qui invitent l’ami de sexe masculin et plus du tout la femme seule.

Que vais-je devenir ? Vos amis ne donnent plus signe de vie? Même si vous avez encore les yeux rougis, invitez les gens dont vous appréciez la compagnie. Vous devez dire adieu au chalet, excursions et voyages à deux? Ce n’est pas simple à faire, mais séchez vos larmes. Apprivoisez le célibat et la monoparentalité en vous hâtant de reconstruire votre réseau.

-Avec la collaboration de Marie-Diane Faucher