/news/politics
Navigation

Pierre Karl Péladeau parle publiquement du suicide de sa mère pour la première fois

Pierre Karl Péladeau parle publiquement du suicide de sa mère pour la première fois
SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

À l’occasion de la 25e Semaine nationale de prévention du suicide, qui se déroule sous le thème «T’es important pour nous: le suicide n’est pas une option», le député de St-Jérôme Pierre Karl Péladeau a tenu à rendre hommage à sa mère Raymonde Chopin, sur sa page Facebook. 
 
Il raconte qu’il avait 14 ans lorsqu’elle s'est suicidée. «J'ai cessé de dire "maman" quand j’avais 14 ans, le jour où elle s’est enlevé la vie», a-t-il écrit, jeudi matin. 
 
Il a aussi affirmé qu’«une personne qui s’enlève la vie laisse ses proches brisés. On peut se soigner, mais on ne se remet jamais totalement de cette terrible épreuve», en ajoutant que «le suicide est une solution permanente à un problème temporaire». 
 
Selon les plus récentes statistiques, plus de 1100 Québécoises et Québécois s’enlèvent la vie chaque année, soit trois par jour. L’Abitibi-Témiscamingue, la Mauricie et Centre-du-Québec, et Chaudière-Appalaches sont les régions les plus touchées.
 
L'animateur et ancien hockeyeur Dave Morissette s'implique aussi énormément dans la prévention du suicide. Son frère Jason s'est enlevé la vie en 1996.
 
Pierre Karl Péladeau parle publiquement du suicide de sa mère pour la première fois
JOEL LEMAY /AGENCE QMI
 
La 25e Semaine nationale de prévention du suicide se déroule du 1er au 7 février. Pour plus d'informations, visitez le site de l' Association québécoise de prévention du suicide.
 
Voici l'intégralité du message de Pierre Karl Péladeau:
 
« Suicide et prévention
 
Je voue un profond respect envers mon père et je salue souvent ses grandes réalisations mais, la pudeur et la douleur m’interdisent souvent de parler de ma mère.
 
Comme c’est la semaine de prévention du suicide, j’aimerais rendre hommage à ma mère : Raymonde Chopin.
 
J'ai cessé de dire « maman » quand j’avais 14 ans, le jour où elle s’est enlevé la vie.
 
Julie m’a convaincu d’en parler parce qu’au Québec on compte en moyenne 3 suicides par jour.
 
Je me décide donc à partager cela avec vous afin que mon bref témoignage puisse briser ce sujet encore tabou et sensibiliser les gens au fait que le suicide frappe partout et touche tout le monde.
 
Personne n’est à l’abri et pourtant si nous savions mieux intervenir et prévenir, nous pourrions sauver tellement de vies.
 
Une personne qui s’enlève la vie, laisse ses proches brisés. On peut se soigner mais on ne se remet jamais totalement de cette terrible épreuve.
 
Le suicide est une solution permanente à un problème temporaire. Parlons, agissons et prenons des mesures pour sauver des vies. Ma mère me manque, mais elle-même manque tellement les belles choses de la vie, si elle avait su, si elle avait été mieux aidée, si sa souffrance avait été mieux soulagée, elle serait encore avec nous.
 
La prévention du suicide c’est l’affaire de tous.
 
Dans l’article joint vous trouverez un témoignage bouleversant et plein de ressources.
 
J’ai une pensée pour tous ceux et celles qui, comme moi, doivent apprendre à vivre avec l’irréparable.»
 
Vous pouvez lire ici l'article auquel Pierre Karl Péladeau fait référence dans son témoignage.

Si vous avez besoin d’aide :

Pour obtenir de l’aide : 1-866-APPELLE

Suicide Action Montréal | (1-866-277-3553) partout au Québec

Jeunesse, J’écoute | 1-800-668-6868

Tel-Jeunes | 1-800-263-22660