/finance/business
Navigation

Les boutiques Parasuco fermeront leurs portes

Vitrine de Noel
Photo Courtoisie Parasuco

Coup d'oeil sur cet article

Les sept boutiques Parasuco au Canada ont fermé leurs portes ce vendredi. La compagnie montréalaise Vente au détail Parasuco inc. a annoncé dans la matinée qu’elle mettait fin à ses activités.

La bannière s’est placée sous la protection de la loi fédérale sur la faillite et l'insolvabilité. C’est le cabinet comptable KPMG qui agira à titre de syndic dans le dossier.

Les magasins ont eu «d'importantes difficultés à s'adapter à l'environnement de vente au détail qui subit d'importantes mutations», s’est justifiée la compagnie dans un communiqué.

En 2011, l’entreprise songeait à mettre en place un réseau de boutiques franchisées pour distribuer ses produits à travers le monde. Le fondateur Salvatore Parasuco avait d’ailleurs été approché par des gens d’affaires du Moyen-Orient.

L’entrepreneur montréalais avait aussi pensé à rapatrier au Québec une partie de sa production basée en Chine, alors que les coûts de production de l’entreprise avaient bondi de 40 % l’année précédente.

La compagnie a précisé que sa marque principale, Les Jeans Parasuco, continuerait d’exister, via sa plateforme de ventes en ligne www.parasuco.com. Elle affirme même avoir pour ambition d’augmenter ses ventes de gros, effectuées auprès des détaillants de vêtements, mais aussi développer des marques privées pour certains magasins en tant que fabricant.

Parasuco a par ailleurs assuré vendredi que ses 70 employés de Montréal continueraient à travailler et que la croissance de l’entreprise n’était pas terminée.

Le Parti québécois a déploré vendredi la fermeture de l’entreprise québécoise.

«Après Jacob, Mexx et Smart Set, Parasuco a annoncé aujourd'hui (vendredi) la fermeture de ses six boutiques au Québec, obligeant ses travailleurs à se trouver un nouvel emploi, a déploré le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'économie Pierre Karl Péladeau. Le gouvernement doit réaliser, enfin, que son “effet libéral” ne donne rien. Les gens continuent de perdre leur emploi au Québec.»

M. Péladeau estime que le «laisser-aller» du gouvernement de Philippe Couillard «met à mal la santé financière des familles du Québec».

«Les coupes tous azimuts du gouvernement, combinées aux pertes d'emplois massives depuis son arrivée au pouvoir, font en sorte que les familles québécoises souffrent, a-t-il ajouté. Il y a moins de services, moins d'emplois, plus de taxes et plus d'impôts, mais les libéraux, seuls dans leur bulle, trouvent que tout va bien.»

Les Jeans Parasuco célébreront leur quarantième anniversaire cette année.