/news/politics
Navigation

Un gouvernement peu crédible sur l’équilibre budgétaire

Un gouvernement peu crédible sur l’équilibre budgétaire
Photo Agence QMI, Maxime Deland

Coup d'oeil sur cet article

Une faible majorité de Québécois se rangent derrière Philippe Couillard et appuient le retour à l’équilibre budgétaire, mais ils ne s’entendent pas tous sur la façon d’y parvenir.

Plus de la moitié des répondants d’un sondage Léger Le Devoir-Le Journal se disent d’accord avec la priorité de Québec d’atteindre l’équilibre budgétaire en 2015. Pourtant, une forte majorité d’entre eux sont insatisfaits de la performance du gouvernement Couil­lard en matière de contrôle des dépenses.

«Les Québécois sont d’accord avec les libéraux sur l’objectif. Mais ils n’aiment pas se faire pousser. C’est beaucoup à digérer. Parmi les insatisfaits, certains trouvent que ça va trop vite, d’autres, pas assez», explique Christian Bour­que, vice-président de la firme Léger.

M. Bourque souligne qu’un peu moins de la moitié des Québécois trouvent que ça va «trop vite». L’autre moitié estime que le gouvernement va «juste assez vite» (28 %) et «pas assez vite» (17 %). «Ils sont divisés», dit Christian Bourque.

Le gouvernement Couillard souffre par ailleurs d’un déficit de crédibilité sur la question de l’équilibre budgétaire. Seuls 14 % des répondants pensent qu’il réussira. Cette proportion augmente à peine chez les sympathisants libéraux, qui ne croient pas non plus à un budget écrit à l’encre noire en 2015.

«Il y a une perte de confiance dans la capacité du gouvernement d’agir», analyse Christian Bourque.

Oui au gel salarial

Les répondants sont toutefois sans pitié pour les employés du secteur public. Une majorité adhère à la proposition du gouvernement de geler leur salaire pendant deux ans. La mesure est appuyée par les sympathisants caquistes et libéraux. Elle est dénoncée par les péquistes et les solidaires.

Les Québécois sont beaucoup plus divisés lorsqu’on leur demande si Québec devrait abolir la sécurité d’emploi des fonctionnaires. «C’est presque cinquante-cinquante», souligne M. Bourque.

 
Le gouvernement du Québec a fait du retour à l’équilibre budgétaire pour 2015 une priorité. Êtes-vous d’accord ou non avec cette priorité?
 
 
 
Pensez-vous que le gouvernement du Québec va trop vite, juste assez vite ou pas assez vite dans la mise en œuvre des différentes mesures économiques pour atteindre l’équilibre budgétaire ?
 
 
 
Pensez-vous que le gouvernement du Québec réussira ou non à atteindre l’équilibre budgétaire en 2015 ?
 
 
 
 

Que faire avec le magot ?

Les Québécois sont plus divisés que jamais lorsqu’on leur demande quoi faire lorsque le gouvernement aura des surplus budgétaires.

Lorsqu’un gouvernement réussira à dégager un surplus, un tiers des répondants au sondage Léger Le Devoir-Le Journal estiment qu’il faut «réinvestir dans les services aux citoyens». Cette proposition a l’appui d’une forte majorité d’électeurs de Québec solidaire.

Un autre tiers veut «réduire la dette du Québec». Cette fois-ci, ce sont les caquistes qui se rangent derrière l’idée. Le dernier choix offert aux sondés, «réduire l’impôt des particuliers», attire lui aussi un tiers des répondants et une bonne quantité de caquistes.

Chez les sympathisants libéraux et péquistes, la situation est semblable à ce qu’on trouve dans la population en général. «Une telle division, ça donne les coudées franches au gouvernement», croit Christian Bourque, vice-président de la firme Léger.

Fait surprenant, les Québécois ont tous une opinion lorsqu’on leur demande quoi faire avec des surplus budgétaires. Seuls 2 % des répondants n’ont pas voulu commenter la question.

 

Lorsque le gouvernement réussira à avoir des surplus budgétaires, que devrait-il faire avec cet argent?
 
 
 
Êtes-vous d’accord ou non avec le gel salarial pour les employés de l’État pour les 2 prochaines années?
 
 
 
Le gouvernement devrait-il abolir la sécurité d’emploi des fonctionnaires?
 
 
 
 
Êtes-vous satisfaits de la performance du gouvernement en matière de contrôle des dépenses ?
 
 

Méthodologie

La présente étude a été réalisée par le biais d’un sondage Internet auprès du grand public dans toutes les régions du Québec. Pour cette étude 1036 répondants âgés de 18 ans et plus ont été interrogés entre le 2 et le 5 février 2015.
 
Pondération et marge d’erreur
Les données finales du sondage ont été pondérées à l’aide des données du recensement de 2011 selon l’âge, le sexe, la langue maternelle, la région et le niveau de scolarité de façon à garantir un échantillon représentatif de la population.  Aux fins de comparaison, un échantillon probabiliste de 1036 répondants aurait une marge d’erreur de +/- 3 %, et ce, dans 19 cas sur 20.
 
Sondage Internet
Les répondants de cette étude ont été sélectionnés aléatoirement à partir du panel Internet LégerWeb, comprenant plus de 400 000 ménages canadiens (dont plus de 185 000 au Québec) selon un procédé de stratification des listes d’invitations assurant la représentativité optimale des répondants. Les panélistes ont été recrutés aléatoirement à partir des enquêtes téléphoniques de Léger. De nombreux contrôles de qualité assurent la représentativité et la fiabilité des sondages Léger issus de son panel d’internautes. Léger est une firme certifiée Sceau d’Or par l’Association de recherche et intelligence marketing du Canada, la plus haute cote de fiabilité de l’association.