/finance/news
Navigation

10 000 $ pour 2 heures de travail, trop beau pour être vrai

Online Business
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Votre beau-frère vous parle de faire beaucoup d’argent rapidement alors que vous n’aurez presque rien à faire, seulement aller chez le notaire en deux occasions pour signer un acte.

Faites attention, vous serez probablement impliqué dans une fraude immobilière et vous aurez à payer l’impôt sur tous les gains réalisés.

Un jugement récent qui a condamné un prestataire de l’aide sociale a mis en relief un système organisé de gonflement de prix qui lui a permis de gagner 1 094 944 $ en revenu en achetant huit immeubles en deux ans. Vous avez bien lu. Le principe est assez simple. Voici comment les fraudeurs procèdent:

1 On vous demande d’être prête-nom pour l’achat d’un immeuble à bas prix. Vous devez donc signer chez le notaire.

2 Vous devez signer le prêt hypothécaire consenti par un particulier. Seulement les intérêts sont payables. Quelques mois après l’achat initial, vous allez signer chez le notaire pour vendre l’immeuble à un autre prête-nom, à un prix gonflé par rapport à sa véritable valeur.

3 Le deuxième prête-nom obtient un prêt d’une institution financière, basé sur le prix gonflé.

4 Le prête-nom initial encaisse la différence entre le prix payé initialement et le prix vendu, moins le prêt du particulier.

5 Personne ne déclare les revenus aux autorités fiscales.

6 Après quelques mois, le deuxième prête-nom cesse de payer l’hypothèque.

7 L’institution financière effectue une reprise bancaire.

La rémunération est habituellement des dizaines de milliers de dollars. Les fraudeurs vous convaincront en disant qu’il y a peu de temps à mettre de votre part: seulement trois signatures chez le notaire.

Que faire pour se protéger

  • Soyez aux aguets, les fraudeurs vont viser souvent des gens en besoin d’argent ou avec une vie précaire.
  • Faites-vous bien expliquer le principe de fonctionnement des prête-noms. Ce n’est pas le véhicule du prête-nom qui est illégal, mais bien la finalité à laquelle il est utilisé qui peut l’être. Selon Me Luc Audet, avocat, on peut prévenir, par contrat écrit, et par divulgation aux autorités, toutes les conséquences néfastes que peut entraîner l’utilisation d’un prête-nom pour des motifs légitimes. Mais si c’est pour un motif illégal, refusez!
  • Méfiez-vous des gains rapides pour quelques heures de votre temps!