/sports/others
Navigation

Thor, champion de ski de fond à 86 ans

Thor Vikstrom
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Malgré ses 86 ans, un skieur de fond lavallois ne songe même pas une seconde à la retraite sportive. Surtout après avoir remporté récemment une médaille d’or aux Jeux d’hiver des Maîtres à Québec.

«J’ai grandi près du cercle polaire et, là-bas, on naît sur des skis», rit Thor Vikström.

À 86 ans, ce natif de Boden, en Suède, qui habite à Laval depuis 1976, refuse de s’arrêter de skier.

Dimanche dernier, il a remporté la médaille d’or en ski de fond dans sa catégorie d’âge aux Jeux mondiaux d’hiver des Maîtres, à Québec. Il a bouclé les 10 km de l’épreuve en 1 h 01 min 57,3 s.

«J’étais le seul chez les plus de 85 ans. Alors j’ai skié avec des gens qui avaient 10 ans de moins que moi», se réjouit-il.

Alors ne lui parlez pas de retraite. «Ce mot n’est tout simplement pas dans mon esprit. Je skierai jusqu’à ce que je ne puisse plus, parce que ça me rend heureux», résume-t-il.

 

À gauche, Thor Vikström, 86 ans, enfile les kilomètres pour entretenir sa forme entre deux courses aux Jeux mondiaux d'hiver des Maîtres.  En haut, Thor Vikström à 25 ans sur une piste de Stockholm, en Suède.
Photos courtoisie
À gauche, Thor Vikström, 86 ans, enfile les kilomètres pour entretenir sa forme entre deux courses aux Jeux mondiaux d'hiver des Maîtres. En haut, Thor Vikström à 25 ans sur une piste de Stockholm, en Suède.

Aurores boréales

Sa passion a décollé en 1939, quand il avait 10 ans, alors qu’il n’avait pas grand-chose d’autre à faire que skier. Thor Vikström a remporté une course organisée par le groupe religieux de sa mère.

«Je me suis dit: ‘‘Voilà, je peux le faire.’’ Et quand on te félicite, en tant que jeune garçon, c’est agréable.»

Après le nord de la Suède, inutile de dire que le climat du Québec ne l’impressionne pas. «L’air est plus sec près du cercle polaire», remarque-t-il.

À Mont-Tremblant, les aurores boréales lui rappellent celles de son enfance, durant les longues nuits d’hiver.

Rien ne l’empêche de tester ses limites, comme il y a 20 ans dans une course de 15 km dans le Colorado.

«J’ai pris le départ de la course le lendemain de mon arrivée. Au troisième kilomètre, je me suis dit ‘‘je ne peux pas le faire’’. Je me suis arrêté», se souvient-il.

«Mais j’ai vu les autres me dépasser. Je me suis dit ‘‘mon Dieu, je suis venu jusqu’ici pour skier’’. J’ai repris la course et je l’ai même gagnée», raconte-t-il.

«Je me sentais tellement bien après. J’ai dit à tout le monde ‘‘vous n’imaginez pas tout ce que j’ai traversé’’».

Le sport, c’est la clé de son bonheur. «Il faut bouger, c’est ça qui rend heureux. Vous ne pouvez pas juste rester assis devant la télévision», estime celui qui pratique aussi le vélo.

Il a transmis ses valeurs à son fils Anders Vikström. À 48 ans, ce dernier a participé lui aussi aux Jeux d’hiver des Maîtres, dans sa propre catégorie d’âge.

«Il y a deux façons d’enseigner: avec des livres ou en donnant l’exemple, raconte-t-il. Et mon père, il me disait: ‘‘Suis-moi, on va dehors’’.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.