/entertainment/tv
Navigation

Audacieuse Sara Dufour

elle a su relevé le défi avec brio de La Voix

Sara Dufour
Courtoisie OSA Images

Coup d'oeil sur cet article

L’audace de Sara Dufour lui a rapporté. La Dolmissoise a interprété une chanson de Bernard Adamus à saveur plutôt masculine, dans laquelle les paroles s’enchainent à une vitesse impressionnante. Mais elle a su relevé le défi avec brio: Les coachs de La Voix, Pierre Lapointe et Éric Lapointe, ont appuyé sur le bouton magique.

Son choix s’est finalement arrêté sur Pierre Lapointe, après avoir entendu ses commentaires.

«Je ne voulais pas me faire un choix préétabli du coach que j’allais choisir. Je voulais que ce soit spontané. Mais j’avais déjà un bon souvenir de lui, parce que lorsque j’étudiais à l’École nationale de la chanson, il était venu nous visiter et ça m’avait touché qu’il prenne le temps de venir s’intéressé à ce qu’on faisait», raconte-t-elle.

Lors de sa prestation, son plaisir l’a emporté sur son stress.

«Avant tout, je voulais donner un show pour les gens dans la salle et me faire du fun. J’ai regardé chaque membre du band avant de chanter, je trouve toujours ça important qu’il y ait une connexion, une unité. Ça me fait sentir plus forte. Quand j’ai vu Pierre Lapointe se retourner, j’avoue que je pensais avoir fait une fausse note», ricane Sara.

Musicienne dans l’âme

Sara est parvenue à vivre rapidement de sa musique, deux ans après avoir terminé ses études. Un concours de circonstances, selon elle.

«C’est allé très vite. J’étais à la bonne place au bon moment, maintenant, je suis toujours sur la route pour des spectacles. J’essaie de me taper une trail qui a de l’allure!», s’exclame-t-elle, avec son charmant accent jeannois. Elle a récemment lancé son EP de quatre chansons, disponibles sur Itunes.

L’auteure-compositrice-interprète ne s’éloigne jamais longtemps de sa ville natale, même si elle adore la ville.

«Je ne suis pas capable de rester longtemps à la même place. J’ai besoin du bois et j’ai besoin des soirées en talons-hauts!», nous confie-t-elle.