/news/currentevents
Navigation

Il poignarde un père dans un stationnement

Rock-Dany St-Cyr Dubreuil
Photo courtoisie du Service de police de Sherbrooke Rock-Dany St-Cyr Dubreuil a plaidé coupable de voies de fait graves.

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Un homme de 25 ans a plaidé coupable mardi matin d’avoir poignardé un père de famille dans le stationnement d'un restaurant à Sherbrooke.

Rock Dany St-Cyr-Dubreuil a été arrêté en Alberta en novembre 2014 alors qu'il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt pancanadien. Il était recherché pour tentative de meurtre après qu'il eut poignardé un homme dans la quarantaine dans le stationnement d’un restaurant PFK de Sherbrooke, le 31 octobre dernier. Plusieurs clients du restaurant ont été témoins de la scène. Un père de famille s'en serait pris agressivement à son fils en crise et l'aurait conduit brusquement à l'extérieur, à tel point que des témoins ont alerté les policiers.

Pour une raison inconnue, St-Cyr-Dubreuil s'est dirigé à l'extérieur afin d'interpeller le père agressif. Il aurait donné des coups sur le capot de la voiture. La victime a baissé la vitre de son auto pour invectiver l'accusé. C'est alors que St-Cyr-Dubreuil aurait sorti un canif et poignardé la victime au thorax à deux reprises, en lui perforant un poumon. L'accusé a pris la fuite avant l'arrivée des policiers.

Rock Dany St-Cyr-Dubreuil a plaidé coupable à un chef d'accusation de voies de fait graves, mais les accusations de tentative de meurtre ont été abandonnées.

On ne connaît pas pour l'instant l'état de la victime. «Nous avons besoin de vérifier l'état de la victime avant de faire les représentations sur sentence. J'ai l'intention de suggérer une peine de pénitencier dans cette cause, même si l'accusé n'a pas beaucoup d'antécédents en matière de violence», a déclaré Me Laila Belgharass, qui représente le ministère public.

St-Cyr Dubreuil connaîtra sa sentence le 27 février. «Avec l'interprétation [des faits] des clients, nous aurons alors des éléments sur lesquels s'appuyer pour comprendre pourquoi mon client a réagi de cette façon», a déclaré Me Jean-Marc Bénard.