/news/currentevents
Navigation

Mort de Jean-Pierre Lizotte : deux policiers en appel d’une suspension prononcée 16 ans plus tard

Coup d'oeil sur cet article

Deux policiers contestent leur suspension reçue le mois dernier pour l’arrestation musclée en 1999 d’un sans-abri finalement décédé.

«Les sanctions imposées [...] sont disproportionnées, excessives et nettement déraisonnables», estiment les agents Giovanni Stante et Sylvain Fouquette de la police de Montréal dans leur requête en appel.

Sylvain Fouquette
Photo courtoisie

C’est que le mois dernier, la Cour du Québec avait confirmé la suspension de 25 jours imposée aux deux policiers, pour leur intervention musclée dans un café du boulevard Saint-Laurent, le 5 septembre 1999.

Jean-Pierre Lizotte, un sans-abri intoxiqué, se masturbait devant des clients quand les policiers sont intervenus. Mais Lizotte s’était montré violent, l’agent Stante avait dû lui donner des coups de poing pour le maîtriser.

Les deux policiers ont ensuite transporté le sans-abri à l’hôpital, mais ils n’avaient pas prévenu l’infirmière des coups qu’avait reçus Lizotte.

Giovanni Stante
Photo Courtoisie

Dans cet état, M. Lizotte n’avait pas pu combattre une pneumonie qui l’avait finalement emporté le 16 octobre 1999.

Depuis, les deux policiers sont au centre d’une interminable saga.

Mais les recours ne sont pas encore épuisés, comme en fait foi la demande d’appel de la sanction en Cour supérieure, qui a été rendue publique ce mardi au palais de justice de Montréal.