/news/currentevents
Navigation

Une sanction «ridicule»

Deux policiers suspendus quelques jours pour avoir brusquement arrêté un médecin à l’hôpital de Lachute

Le Dr Jeffrey Sirzyk - Victime
Le Dr Jeffrey Sirzyk - Victime

Coup d'oeil sur cet article

 

L’arrestation illégale du 27 février 2012
Le Dr Jeffrey Sirzyk - Victime

La sanction de quelques jours imposée hier à deux policiers est «complètement ridicule», s’indigne un médecin qui a subi une arrestation musclée et illégale de leur part à l’hôpital de Lachute en 2012.

«Quelle connerie, lâche le Dr Jeffrey Sirzyk. [Le policier] aurait pu tuer du monde ce jour-là», a-t-il confié au Journal hier, en réaction à un jugement rendu par le comité en déontologie policière.

Le 27 février 2012, le personnel de l’hôpital de Lachute avait refusé de fournir à la police des informations médicales par téléphone au sujet d’un bébé de deux mois dans un dossier de maltraitance.

Deux policiers de la Sûreté du Québec (SQ) à Lachute, le sergent Michel El-Khoury et l’agent Simon Jetté, se sont donc rendus sur place et ont brusquement arrêté le Dr Sirzyk pour son manque de coopération.

Or, à cause du secret professionnel, le docteur n’était pas légalement obligé de communiquer les renseignements, d’où le caractère illégal de l’arrestation. Les deux policiers ont donc fait preuve «d’une ignorance inacceptable», a statué le comité.

Hors de contrôle

Le comité a annoncé hier que les deux policiers écoperont d’une suspension sans traitement de plusieurs jours: cinq pour le sergent El-Khoury et deux pour l’agent Jetté. La procureure recommandait plutôt une sanction de 10 et cinq jours.

Dans une vidéo troublante obtenue par Le Journal en octobre 2012, on peut voir la rapidité de l’intervention des policiers, qui n’ont mis que 32 secondes après leur entrée avant de plaquer le médecin contre le mur.

«Il était hors de contrôle, raconte le médecin en parlant du sergent El-Khoury. Jamais de ma vie je n’avais vu quelqu’un aussi hors de contrôle.»

Dans le jugement, le comité conclut toutefois que le policier n’agissait pas par malice ou vengeance et rejette l’accusation voulant qu’il ait intentionnellement abusé de son pouvoir.

Confiance perdue

Mais pour le Dr Sirzyk, il est évident que le sergent El-Khoury, qu’il qualifie de «moron», ne devrait plus être policier.

«Je ne comprends pas comment quiconque peut avoir confiance en lui. Comment il peut avoir le contrôle d’une arme à feu», s’étonne le médecin, qui dit avoir perdu confiance en la SQ.

Il a d’ailleurs l’intention d’entamer une poursuite au civil. À la suite de l’événement, le Dr Sirzyk a dû prendre quatre mois de congé de maladie et n’a plus jamais remis les pieds à l’hôpital de Lachute.

Il pratique maintenant comme chef d’urgence dans un hôpital en Ontario.

La SQ n’a pas voulu commenter la décision du comité en déontologie.

Hier, l’hôpital de Lachute ne nous a pas rappelés.