/news
Navigation

Le journaliste Roger Auque a admis avoir travaillé pour le Mossad

-
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Un espion du Mossad : le célèbre reporter français au Moyen-Orient, Roger Auque, avoue dans des mémoires posthumes avoir joué double jeu pendant plusieurs années, notamment au profit des services secrets israéliens, le Mossad.

L’ancien collaborateur à la radio et la télé de Radio-Canada, auprès duquel bien des téléspectateurs québécois s’abreuvaient afin de s’informer à propos du conflit arabo-israélien, avoue dans un ouvrage écrit tout juste avant son décès d’un cancer en septembre dernier qu’il se servait souvent de son statut de journaliste pour obtenir de l’information dédiée au Mossad, sous couvert de reportages.

Selon plusieurs médias européens francophones mercredi après-midi, qui ont eu accès à Au service secret de la République, Auque explique longuement comment il fut approché puis recruté par le Mossad dès 1989. Ses opérations top-secret en Syrie notamment se cachaient derrière des reportages bidon.

La CIA a aussi bénéficié de sa connaissance intime de Bagdad, lors de la deuxième guerre d’Irak, en 2003.

Il confirme aussi dans son autobiographie être le père illégitime de Mario Maréchal Le Pen, la nièce de la leader d’extrême-droite française, Marine Le Pen.

 

Otage au Liban

Le journaliste est devenu célèbre dans les années 80 après avoir été détenu par le Hezbollah au Liban pendant une dizaine de mois en 1987. Au cours des dernières années de sa vie, il a été nommé ambassadeur de France en Érythrée, par Nicolas Sarkozy.

Dans ce reportage télé, on l'entend notamment commenté une manifestion pro-syrienne à Beyrouth, en décembre 2006.