/sports/fighting
Navigation

Le gala du 4 avril à Québec a bien failli être déplacé à Toronto

Yvon Michel
Yvon Michel

Coup d'oeil sur cet article

En raison d’un problème de logistique lié à un réseau américain de télévision, le gala de boxe du 4 avril, qui doit être présenté au Colisée de Québec, est passé bien près d’être déplacé à Toronto dans les derniers jours.

Selon plusieurs sources bien informées, le promoteur Yvon Michel avait une entente signée avec Maple Leaf Sports and Entertainment pour déménager son événement au Ricoh Coliseum, domicile des Marlies de Toronto de la Ligue américaine de hockey, au début de la semaine.

Auparavant, l’homme d’affaires québécois avait envisagé la possibilité de tenir sa soirée de boxe au Air Canada Center, mais l’amphithéâtre n’était pas disponible pour le 4 avril.

Le Journal a eu la confirmation mercredi que Michel avait contacté la Commission athlétique de l’Ontario, qui est le frère de la Régie des alcools, des courses et des jeux au Québec.

Un représentant de cette boîte a indiqué qu’il avait eu des discussions avec Michel, mais que celles-ci n’avaient pas été très loin. Aucune date n’avait alors été réservée pour tenir un gala de boxe.

Stevenson dit non !

Celui qui a fait achopper en partie le projet audacieux du promoteur québécois, c’est la vedette de la soirée, Adonis Stevenson. Le champion du monde WBC et The Ring des mi-lourds s’y est opposé en raison de la longueur autorisée des bandages qui servent à protéger ses mains.

À ce sujet, l’Ontario est à des années-lumière du Québec. Lorsqu’ils montent sur le ring, les pugilistes ne peuvent pas avoir plus de 10 verges de bandages pour leurs deux mains.

Au Québec, les boxeurs ont droit à 40 verges pour leurs deux outils de travail. Voyant que la Commission athlétique de l’Ontario ne voulait pas assouplir sa réglementation, Stevenson a refusé de prendre le risque de se blesser et le projet de Michel est tombé à l’eau.

Cependant, le promoteur est parvenu à trouver une solution pour satisfaire le réseau américain de télévision et le gala se tiendra comme prévu à Québec, le 4 avril.​

Toronto : du potentiel

Même si son projet n’a pas fonctionné pour avril, Michel aurait l’intention de revenir à la charge dans un avenir rapproché pour présenter plusieurs galas de boxe à Toronto.

La Ville Reine est un excellent marché, mais qui est inexploité depuis plusieurs années pour diverses raisons, dont sa réglementation très rigide.

Avec sa nouvelle association avec l’homme d’affaires et gérant de Stevenson, Al Haymon, le patron du Groupe GYM souhaite organiser au moins quatre soirées du noble art en sol torontois d’ici la fin de 2015.