/world/middleeast
Navigation

Raif Badawi ne sera pas flagellé

Raïf Badawi
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

RIYAD, Arabie Saoudite – Le blogueur saoudien Raif Badawi évite une nouvelle fois la flagellation, a indiqué Amnistie internationale vendredi matin sur Twitter.

C’est la cinquième fois que la sentence est reportée. Le jeune homme a été condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet en Arabie saoudite parce qu’il aurait manqué de respect à l'islam sur son blogue.

Jusqu’à présent, il a reçu une première série de 50 coups de fouet.

Des manifestations ont eu lieu au Québec et au Canada pour demander l’arrêt de la flagellation et sa libération.

L’épouse de Raif Badawi, Ensaf Haider, habite à Sherbrooke en compagnie de leurs trois enfants.

Elle s’est rendue mercredi à l’Assemblée nationale. Lors de son passage, les députés ont adopté à l’unanimité une motion condamnant «fermement la flagellation publique» de Raif Badawi.

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard, qui a séjournée en Arabie Saoudite, a précisé cette semaine qu’il ne connaissait personne, au sein de l’appareil gouvernemental saoudien, sur qui il pourrait exercer de la pression pour obtenir la libération de M. Badawi.

«Vous savez que c’est un pays souverain, qui a lui-même ses lois et ses règlements. D’ailleurs, il se charge de nous le rappeler, mais on leur explique également que ceci étant, ils doivent également se soucier de l’opinion internationale et de la nécessité pour eux de moderniser leur pays», a dit le chef libéral.​