/entertainment/music
Navigation

AC/DC sur les Plaines: les 15 000 billets avant-scène écoulés

acdc
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

AC/DC avait du boulot, hier, avec 110 000 billets à vendre, en tout, pour les spectacles de Montréal et Québec à la fin du mois d’août. En 30 minutes, les 15 000 billets en avant-scène sur les Plaines ont tous trouvé preneur, et pratiquement tous ceux du parterre au Stade olympique ont également été vendus.

La vente de billets pour les concerts de la tournée nord-américaine du célèbre groupe australien a été lancée hier, à 10 h. Toutefois, ni evenko ni l’organisation du Festival d’été de Québec n’ont voulu divulguer de chiffres pour la vente des autres sections, mentionnant simplement qu’ils étaient «très satisfaits» du rythme de vente.

Force est d’admettre que le légendaire groupe australien a toujours un bon bassin de fans au Québec, car les premiers billets à s’être vendus sont les plus dispendieux (144,50 $ à Montréal et 146,50 $ à Québec).

«Que les gens ne soient pas déçus, car ils vont bien voir de partout, a souligné la directrice des communications du Festival d’été, Luci Tremblay. On a vu les plans de la scène. C’est un show qui a été conçu pour les grands stades et pour l’extérieur. C’est gigantesque.»

À Québec, 60 000 billets pour le spectacle du 28 août étaient disponibles, dont 45 000 en admission générale. Quant au spectacle au Stade olympique de Montréal le 31 août, ce sont 50 000 billets qui ont été mis en vente.

Le spectacle extérieur de la tournée Rock or Bust sera le premier du groupe à Québec depuis 15 ans.

«Clairement, les Québécois ont répondu à l’appel», a commenté Caroline Audet, aux relations de presse chez evenko, qui a précisé que le dernier spectacle d’AC/DC à Montréal, en 2009, avait été à guichets fermés.

Un «pari audacieux»

Toutefois, le spécialiste en marketing et en comportement du consommateur dans les groupes musicaux, François Marticotte, estime qu’il était «audacieux» de programmer deux spectacles d’AC/DC au Québec. Il ne croit pas que les 110 000 billets trouveront preneurs dans la province.

«On s’entend que ce n’est pas une musique accessible à tout le monde. Ils ne sont pas au sommet de leur carrière non plus [...] Ça ne va pas chercher un public aussi large que Madonna, disons. Et ils n’ont pas le capital de marque des Rolling Stones, par exemple.»

François Marticotte trouve également le prix des billets élevé. «Je vois mal comment on peut justifier un billet de 150 $ au Stade olympique», a-t-il commenté, avant de dire qu’une partie de la réponse devait se trouver dans le cachet que demande le groupe.

Selon lui, ce sont des fans finis qui paieront le prix. «Mais est-ce qu’il y en a 50 000 à Montréal et 60 000 à Québec? La question se pose définitivement.»

Déjà en revente

Il fallait s’y attendre, à peine quelques minutes après que la vente eut commencé, des billets se trouvaient déjà en revente sur des sites comme Billets.ca ou Kijiji, à plus que le double du prix initial. «Malheureusement, on ne peut rien faire là-dessus», a déploré Luci Tremblay.