/news/transports
Navigation

L’AMT veut se débarrasser du CP et du CN

Wheels of train
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Dès l’échéance de son contrat, l’Agence métropolitaine de transport (AMT) ne fera plus affaire avec le Canadien Pacifique (CP) et le Canadien National (CN) pour l’opération de ses trains et compte trouver de nouveaux fournisseurs de service d’ici 2016.

Présentement, les deux entreprises ferroviaires ont un contrat avec l’AMT qui leur permet d’opérer les trains de banlieue jusqu’au 1er juin 2016. La société d’État déboursera plus de 68 millions $ en 2015 pour l’exploitation de ses six lignes, dont près de 30 millions $ au CP.

«L’AMT va éventuellement lancer un appel d’offres, car nous voulons trouver un nouveau fournisseur pour opérer ses lignes de train [...] c’est notre objectif corporatif», a révélé le PDG de l’AMT, Nicolas Girard.

Celui-ci ne s’attend pas à ce que les deux entreprises déposent une offre de service d’ici la fin de leur contrat.

«Le CP et le CN nous ont avisés qu’ils vont délaisser ces opérations», a-t-il rajouté.

Tensions

Plusieurs incidents impliquant les deux entreprises ferroviaires et l’AMT ont créé certaines tensions au cours des dernières années.

Par exemple, deux fois plus de trains de banlieue ont été retardés l’an dernier par le CP, qui autorise le passage de trains de marchandises sur ses rails durant les heures réservées à l’AMT.

Le refus de cette même entreprise d’assurer un minimum de service pendant la grève de ses opérateurs lancée dimanche dernier a également été dénoncé par l’agence de transport.

Le CP est propriétaire des voies ferrées empruntées par les trains des lignes Saint-Jérôme, Candiac et Vaudreuil-Hudson, tandis que le CN détient les voies des lignes Mont-Saint-Hilaire et Mascouche. Cela n’empêche pas un autre fournisseur de s’occuper de l’opération des trains qui y circulent.

Employés frustrés

La volonté de changer d’opérateurs est loin d’être chaudement accueillie par les employés du CP qui conduisent les trains de l’AMT. Ceux-ci sont conscients qu’ils ne pourront garder leur emploi passé le 1er juin 2016.

«Cette situation a créé beaucoup de frustration dans nos rangs» a indiqué par voie de communiqué Benoit Brunet, président de la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC).

M. Brunet a rajouté que cette tension a renforcé la volonté des 60 chauffeurs de l’AMT d’aller en grève dimanche dernier avec le reste des employés du CP représentés par la CFTC.