/opinion/columnists
Navigation

Price donne raison à Desjardins

Carey Price
Photo BEN PELOSSE

Coup d'oeil sur cet article

Dans le cadre d'une entrevue que j'ai réalisée avec Éric Desjardins, lui qui s'apprête à être intronisé au Temple de la renommée des Flyers, il me soulignait avec raison qu'avec un gardien comme Carey Price, tout devient possible pour le Canadien dans les séries.

Selon l'ancien défenseur qui a grandement aidé le CH à remporter la coupe Stanley en 1993, Price fait croire à ses coéquipiers qu'ils ont toujours une chance de gagner. Avec son calme, il a le don de les mettre en confiance, comme Patrick Roy le faisait si bien à l'époque.

Et on a très bien vu l'impact que Price a eu dans cette victoire de 2 à 0 arrachée aux Red Wings lundi soir à Detroit.

Ce fut un match serré, comme Michel Therrien les aime. Les rapides Red Wings ont obtenu les meilleures chances de marquer, jusqu'à ce qu'on assiste au but enregistré par Tomas Plekanec avec seulement 2 minutes et 30 secondes à jouer.

Price est dominant comme jamais. Il a réalisé son cinquième jeu blanc de la saison et son 30e depuis ses débuts avec le Canadien, ce qui lui a permis de devancer Roy au cinquième rang dans le livre des records de l'équipe.

Il a abaissé sa moyenne de buts alloués à 1,93 et il a amélioré son pourcentage d'arrêts à ,935. Des sommets dans la ligue cette saison.

Price a accordé deux buts ou moins dans 31 de ses 45 matchs cette saison. Trois de ses cinq jeux blancs ont été des victoires de 1 à 0.

Une autre preuve de son rôle majeur dans les succès du Canadien est le fait que l'équipe montréalaise présente la meilleure fiche à l'étranger (17-8-1) même si elle n'a inscrit qu'une faible moyenne de 2,07 buts marqués par match.

Ça dit tout au sujet de la valeur de Price, qui a vu son club gagner à ses huit derniers départs sur la route.

L'autre joueur dominant chez le Canadien est Max Pacioretty, qui a récolté un but et une mention d'aide.

Ça lui donne un rendement de cinq buts et de cinq passes au cours des dix derniers matchs, au sein d'un club qui manque pourtant de «punch» à l'attaque.

Plekanec a marqué son but (Dale Weise a effectué un beau jeu pour lui refiler le disque) après que Pacioretty eut effectué son premier tir de la soirée sur le gardien des Red Wings.

Aucune équipe n'est parvenue cette saison à empêcher Pacioretty de terminer un match sans obtenir un tir au but.

Mais s'il est productif à l'attaque, ce Pacioretty est tout aussi efficace sur le plan défensif cette saison. On commence à se demander s'il n'est pas devenu un candidat pour le trophée Selke tellement il fait du bon travail défensivement. Ne montre-t-il pas le meilleur différentiel (+29) dans la ligue?

Le repli que Pacioretty a effectué en fin de deuxième période pour empêcher l'attaquant Luke Glendening d'obtenir une véritable chance de marquer à la suite d'une gaffe de P.K. Subban a probablement constitué le jeu du match.