/sports/hockey
Navigation

Gilles Bouchard, un entraîneur plus à l'aise

Gilles Bouchard, un entraîneur plus à l'aise
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

ROUYN-NORANDA | Si sa première saison derrière un banc de la LHJMQ s’est fait sous le thème de la transition, Gilles Bouchard est maintenant plus serein dans ses fonctions d’entraîneur en chef des Huskies.

Appelé à remplacer André Tourigny qui a dirigé cette équipe pendant plus d’une décennie après avoir fait ses classes au niveau midget AAA et dans les rangs universitaires avant la saison 2013-2014, Bouchard a dû mettre à sa main un environnement qui lui était inconnu en acceptant aussi le poste de directeur général.

«Remplacer André Tourigny en qui les gars étaient habitués, ça demandait une adaptation, mentionnait l’homme de hockey de 44 ans, hier, en matinée. Pour les joueurs et pour tout le personnel. Ce qui m’a aidé, c’est que j’ai coaché longtemps dans le midget AAA. C’est complètement différent cette année.»

«Je suis plus en contrôle et j’ai plus de temps pour faire ce que je veux faire. L’an passé, je n’ai pas fait assez de hockey à mon goût. Je ne déléguais pas assez [de tâches] parce que je voulais toutes les comprendre.»

Même au Colorado, Tourigny n’hésite pas à offrir ses conseils à son successeur. L'adjoint chez l'Avalanche détient toujours des parts dans l’organisation. «On se parle régulièrement, question d’avoir une vue de l’extérieur. Il regarde souvent les matchs sur Internet.»

Constance recherchée

D'ici la fin de la saison, Bouchard espère voir ses ouailles offrir un rendement plus régulier. Douzièmes au classement avant la soirée d'hier, les Huskies ont 12 matchs pour améliorer leur sort en vue des séries.

«On peut battre tout le monde, mais faut aller chercher de la constance, a souhaité ce natif du Lac-Saint-Jean. La ligne est mince entre la victoire et la défaite.»