/news/politics
Navigation

Les trois quarts des médecins se conformeront au projet de loi 20

Sante, Gaetan Barrette
photo courtoisie Gaétan Barrette Ministre de la Santé

Coup d'oeil sur cet article

Environ les trois quarts des médecins de famille seront en mesure de se conformer aux exigences du ministre de la Santé Gaétan Barrette qui, avec le projet de loi 20, veut leur imposer un quota de patients à suivre, a appris notre bureau parlementaire.

Alors que débute demain l’étude du projet de loi 20 en commission parlementaire, à l’Assemblée nationale, une source haut placée du réseau de la santé estime que seule une minorité va préférer pratiquer à temps partiel.

«Au minimum, 25 % des médecins répondent déjà aux règles du projet de loi 20. C’est la démonstration qu’on n’est pas devant quelque chose d’irréaliste. Puis il y a un autre 25 % des omnipraticiens qui y sont presque», explique-t-on.

Une autre portion du corps médical, environ 25 %, devra consentir un effort considérable pour satisfaire aux exigences du Dr Barrette, estime-t-on. «Ils devront se botter le derrière solidement pour y arriver.»

Puis il y aura ceux qui voudront demeurer à temps partiel, travailler 22 heures par semaine et encourir des pénalités pouvant atteindre 30 % de leur rémunération. «Ils ne voudront pas changer leur pratique.» Huit journées d’audition sont prévues pour l’étude du projet de loi 20; 47 groupes ont été invités.

Travailler plus

Québec reproche aux médecins de ne pas travailler suffisamment. Le corps médical a augmenté de 434 médecins de 2005 à 2011 tandis que le nombre de patients vus a diminué de 1,6 million; 60 % des médecins travaillent moins de 175 jours par année (en moyenne 117 jours) comparativement à 228 jours pour les fonctionnaires et les employés du secteur privé. Des augmentations salariales de 67 % leur ont été consenties.

Gaétan Barrette demande aux omnipraticiens d’offrir des «semaines normales» de 36 heures à raison de 42 semaines par année. De quoi rencontrer 15 patients quotidiennement à raison de six heures par jour, 1500 patients par année. Le nombre de patients pourrait varier à la baisse suivant leur état de santé, précise notre source.