/opinion/blogs/columnists
Navigation

PQ-QS-ON: «Rassembler», une idée qui fait son chemin

Jacques Parizeau
photo Joël Lemay, Agence QMI L'ex-premier ministre Jacques Parizeau en 2013, au congrès d'Option nationale.

Coup d'oeil sur cet article

Dans ma chronique de vendredi dernier, j’avançais qu’un des éléments «étonnants» de la course à la chefferie du Parti québécois était celui-ci :

«Contrairement à Pauline Marois qui s’y refusait, la plupart des candidats à sa succession reconnaissent l’incontournable nécessité de «rassembler» les souverainistes sous un projet commun. Qu’ils soient orphelins politiques, à Québec solidaire (QS) ou chez Option nationale (ON).

Martine Ouellet parle de forger des «alliances» avec ON et QS. En appui à Alexandre Cloutier, Véronique Hivon propose de «rassembler les forces autour d’un espace neutre de dialogue et de travail». PKP dit voir le rassemblement des «partisans indépendantistes» comme son «obligation». Bref, le choc de la défaite historique du PQ aura eu au moins l’effet d’y faire comprendre l’urgence de reconstruire les ponts au sein même du mouvement souverainiste. Un mouvement terriblement affaibli par deux décennies d’un establishment péquiste obsédé par le pouvoir pour le pouvoir.»

Le 3 février dernier, je notais également que l’ex-chef d’Option nationale, Jean-Martin Aussant, «lançait lui-même un appel à forger une «alliance» entre partis souverainistes.» Et pourtant, ajoutais-je, «la plupart des candidats à la chefferie cherchent moins une «alliance» qu’à rapatrier au PQ une part de ce que j’appelle la «diaspora» souverainiste. Composée entre autres d’ON et de QS, elle comprend aussi les orphelins politiques jadis péquistes.»

Or, à la lumière des appels au «rassemblement» des forces souverainistes qui se multiplient depuis deux semaines chez la plupart des candidats à la chefferie, comme je le notais vendredi dernier, l’idée même de «rassembler» semble vouloir faire du chemin.

***


Un vent nouveau?

Au point d’ailleurs où un article de Devoir en fait état à son tour ce lundi matin:

«Les porte-parole de Québec solidaire et d’Option nationale, Françoise David et Sol Zanetti, accueillent comme une bouffée d’air frais l’appel au « rassemblement » des forces indépendantistes lancé par la députée péquiste de Joliette, Véronique Hivon.
 
La responsable de l’« équipe de préparation de l’indépendance » du candidat à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier s’est attelée à l’ambitieuse tâche de lancer la « refondation du mouvement indépendantiste ». D’ailleurs, elle mangera prochainement avec le chef d’ON, Sol Zanetti. « Je suis certaine que nous devrons rapidement agrandir la table pour accueillir les cousins, cousines ! », écrivait Mme Hivon dans une lettre publiée il y a près de dix jours dans Le Devoir.»

Le chef d’Option nationale fait également référence à une idée qui, elle aussi, circule de plus en plus chez les souverainistes non péquistes. Soit qu’à la prochaine élection générale, le PQ, Québec solidaire et Option nationale pourraient même se « diviser intelligemment » les comtés «afin d’y présenter un seul candidat du camp du «oui»».

Et Sol Zanetti d’ajouter la condition sine qua non à tout rapprochement : «Si les indépendantistes peuvent s’entendre sur un objectif commun d’indépendance de l’État tout en offrant aux citoyens plusieurs plateformes ou plusieurs valeurs de gouvernance différentes, je pense qu’on a une solution gagnante pour avoir le plus d’appuis possible». Le «si» sera même déterminant pour la suite des choses d’ici l’élection de 2018.

En fait, le constat crève les yeux. Comme je l’écrivais le 3 février, pour qu’il y ait «rassemblement», ««parler du pays» ne suffira pas. Le Parti québécois devra répondre concrètement à ce qui, à l’élection de 2018, risque fort d’être sa «question de l’isoloir»: à quoi servira le pouvoir s’il le prend? À gouverner? Ou à tenter de faire l’indépendance par voie référendaire?»

***


L’avertissement de Paul Bégin

Il est vrai qu'indépendamment de qui sera le prochain chef du PQ, la députée Véronique Hivon – forte de son exceptionnelle expérience transpartisane dans le dossier des soins de fin de vie – est la personne toute désignée pour tenter de rebâtir les ponts avec les souverainistes non péquistes.

L’ex-ministre de la Justice Paul Bégin lance toutefois aujourd’hui un avertissement de taille contre une des idées maîtresses du candidat à la chefferie avec lequel Mme Hivon travaille – Alexandre Cloutier.

Cette idée étant celle de tenir un référendum – si le PQ prend le pouvoir, bien entendu -, une fois qu’un registre d’un million de signatures l’aurait demandé. Vaste programme. Peut-être même impossible à réaliser.

Paul Bégin explique clairement les raisons de cette probable impossibilité et plaide plutôt pour un engagement clair devant l'électorat.

L’exemple qu’il rappelle en guise d’argument est d’ailleurs tout à fait pertinent. Permettez-moi de le citer presqu’en entier :

«Ça recommence. Encore les conditions gagnantes, encore le moment opportun. Encore et encore reporter à plus loin la tenue d’un référendum sur la souveraineté sous des prétextes que l’on ne veut pas voir ou avouer.
 
Cette fois-ci, un des candidats à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier, nous invite à croire à la réalisation prochaine (2021) de la souveraineté avec une proposition en apparence toute simple : amener un million de Québécois et de Québécoises à signer un registre demandant la tenue d’un référendum sur la souveraineté. Disons-le clairement tout de suite : cette proposition mène à un cul-de-sac.
 
La chose a déjà été essayée, dans des conditions ultra-favorables, qui ne risquent pas de se reproduire, et a pourtant été un échec. J’en sais quelque chose, j’étais aux premières loges, du début à la fin.
 
En février 1991, quelques mois après l’échec de l’Accord du lac Meech, a été créé un mouvement appelé Mouvement Québec 1991. Il prônait la souveraineté du Québec. Deux mois plus tard, la commission Bélanger-Campeau déposait son rapport et recommandait la tenue d’un référendum sur la souveraineté au plus tard le 26 octobre 1992.
 
Voyant que rien ne se passerait en 1991 malgré cette recommandation, Mouvement Québec s’est transformé au début de l’année 1992 en Mouvement Québec 92 avec dorénavant comme objectif de recueillir un million de signatures pour la tenue d’un référendum sur la souveraineté en 1992.
 
Or, cet exercice n’a pas réussi. En effet, en août 1992, Mouvement Québec a fermé ses livres. Il avait recueilli 700 000 signatures. Ce n’est pas rien ! Néanmoins, c’était 300 000 signatures de moins que l’objectif visé. Pourtant, les conditions n’avaient jamais été aussi favorables à l’atteinte de cet objectif.
 
Que l’on en juge :
 
1 — Les membres du conseil d’administration de Mouvement Québec étaient des dirigeants des organismes suivants : le Parti québécois (PQ) et le Bloc québécois (BQ), les présidents des centrales syndicales : la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), la Centrale des enseignants du Québec (CEQ), l’Union des producteurs agricoles (UPA), l’Union des artistes (UDA) ainsi que les présidents des organismes nationalistes : le Mouvement national des Québécois (MNQ) et la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB).
 
À ce groupe sélect de la société civile s’étaient jointes rapidement deux organisations importantes : la Fédération des femmes du Québec (FFQ) et la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ). Ces organismes ont mis leurs membres à contribution en les incitant à signer la pétition et à la faire signer par d’autres personnes (famille, travail, amis, etc.)
 
2 — La commission Bélanger-Campeau avait recommandé la tenue d’un référendum sur la souveraineté du Québec avant la fin de 1992.
 
3 — Jamais les sondages n’avaient été aussi favorables à la souveraineté. Chez CROP elle passait de 43,4 % pour (40,5 % contre) en octobre 1989 à un sommet jamais dépassé depuis de 63 % pour (29 % contre et 8 % de discrets, en novembre 1990, et de là à 46 % pour (45 % contre et 10 % de discrets) en août 1992.
 
4 — Sur la scène politique, il n’y avait que le PQ et le Bloc qui devaient s’entendre entre eux, pas de Québec solidaire, pas d’Option nationale, ni aucun autre parti.
 
C’est leurrer les gens que de tenter de leur faire croire que la démarche souverainiste commencera, une fois que le Parti québécois aura été à nouveau élu.
 
Si on n’a pas été élu avec le mandat de faire la souveraineté, ou de déclencher un référendum sur la souveraineté, comment le gouvernement pourrait-il « accompagner » légitimement une démarche visant à entreprendre ce que l’on avait dit que l’on ne ferait pas?»

***

Qu’en pensez-vous?

Croyez-vous qu’un «rassemblement» tactique des partis souverainistes tout en évitant une fusion de toute manière impossible à envisager est une bonne idée? Si oui, pourquoi? Si non, pourquoi?

Si oui, la croyez-vous-même réaliste et réalisable? Et à quelle condition?

Et que pensez-vous de l’idée du registre?