/sports/hockey/canadien
Navigation

Sergeï Gonchar sur le chemin du retour

« Une mise en échec de dos, c’est toujours dommage », dit le vétéran défenseur

SPO-Entraînement Canadiens
Martin Chevalier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Sergeï Gonchar a joué la carte du mystère quant à la nature exacte de sa blessure au haut du corps. Il a utilisé une vieille stratégie de son compatriote Andreï Markov en disant aux journalistes qu’il ne pouvait pas nous dévoiler tous ses secrets.

«Je ne peux pas partager toutes les informations avec vous, a lancé Gonchar avec un grand sourire quelques minutes après un premier entraînement avec ses coéquipiers. C’était une blessure au haut du corps. C’est la seule chose que je peux dire. Je n’ai pas de commentaires à faire!»

Absent pour les quatre derniers matchs des siens, Gonchar n’a pas encore encerclé une date possible pour un retour au jeu.

«J’y vais au jour le jour, a-t-il dit. Aujourd’hui, c’était une première étape importante. J’ai recommencé à patiner avec l’équipe, mais il n’y avait pas vraiment de contact pour moi. C’était le jour un. Nous n’avons pas de plan bien établi. On verra comment mon corps répondra.»

«Il a obtenu le feu vert des médecins, mais c’est une question de remise en forme pour lui, a renchéri Michel Therrien. Il ne jouera pas contre les Blues.»

Un manque de respect

SPO-Entraînement Canadiens
Martin Chevalier / JdeM

S’il restait muet pour décrire sa blessure, Gonchar a retrouvé ses mots pour parler de la mise en échec de David Clarkson, des Maple Leafs de Toronto.

«Une mise en échec de dos, c’est toujours dommage, a-t-il affirmé. Le hockey est un sport déjà assez robuste. Il sortira possiblement comme excuse qu’il n’a pas eu le temps de ralentir et que je me suis tourné à la dernière seconde. Je crois qu’on devrait plus se respecter sur la glace. Selon moi, il avait le temps de ralentir un peu.»

Déçu du comportement de Clarkson, Gonchar profitera du repos pour recharger ses batteries, vieilles de 40 ans.

«C’est vrai que c’est une chance pour moi de mieux préparer mon corps pour les séries, a-t-il expliqué. Le repos fait du bien, non seulement physiquement, mais mentalement aussi.»

Juste le début pour Beaulieu

Avant de tomber au combat, Gonchar servait de professeur à Nathan Beaulieu. Il a tenu un discours élogieux à l’égard de son élève.

«J’ai bien aimé sa réaction après la mise en échec, a rappelé le Russe. Il n’a pas hésité à sauter sur Clarkson pour venir à ma défense. Je n’ai que de bonnes choses à dire au sujet de Nathan. Il n’a pas seulement jeté les gants contre Clarkson, il a élevé son jeu depuis une semaine.

«Il joue de grosses minutes et on dirait qu’il s’améliore tous les soirs, a-t-il poursuivi. Il a réussi toute une passe sur le deuxième but de Max contre les Blue Jackets. Il patine vraiment bien, il décoche plus de tirs et il repère bien ses coéquipiers. Ce n’est pas juste ce qu’il a fait pour moi contre les Leafs, c’est l’ensemble de son jeu qui attire mon attention.»

Parole de Gonchar, ce n’est que le début pour Beaulieu.

«On ne peut pas encore dire qu’il a atteint sa maturité. Nathan est encore très jeune et il n’a pas beaucoup d’expérience. Il peut encore s’améliorer dans plusieurs aspects de son jeu et c’est encourageant pour lui et pour l’équipe.»

Emelin : le seul absent

À l’entraînement avant le départ de l’équipe, Gonchar portait un chandail bleu poudre, le soustrayant aux contacts de ses coéquipiers. Il patinait au sein du quatrième duo à la ligne bleue avec Mike Weaver.

Gonchar et Pierre-Alexandre Parenteau (commotion cérébrale) ont fait le voyage en direction de St. Louis et de Columbus. Blessé à l’épaule droite, Alexeï Emelin restera quant à lui à Montréal pour les prochains jours.