/news/education
Navigation

Intimidation, harcèlement et saccage à l'UQAM

Les perturbations nuisent à la valeur des diplômes et mettent en péril l’entrée dans le marché du travail

UQAM
Photo Anne Caroline Desplanques Les enseignants dénoncent la multiplication d’actes d’intimidation, de harcèlement, de vandalisme et de saccage menés par des «commandos autoproclamés et parfois masqués».

Coup d'oeil sur cet article

Le jour même où 14 professeurs de l’UQAM dénonçaient les grèves à répétition, le vandalisme et l’intimidation qui mettent en péril leur institution, les étudiants ont voté hier pour une grève d’au moins deux semaines.

«Vive la révolte!» a lancé un étudiant, poing levé, au sortir de l’assemblée générale convoquée par l’Association facultaire des étudiants en science politique et droit.

Pendant près de six heures, une majorité d’étudiants a appelé à prendre la rue contre l’austérité, le pétrole, le capitalisme, pour les droits des handicapés, des femmes ou des autochtones, notamment.

 Le Pr Julien Bauer a vu sa porte de bureau vandalisée deux fois ces derniers mois, dont une fois avec des graffitis antisémites.
Photo Anne Caroline Desplanques
Le Pr Julien Bauer a vu sa porte de bureau vandalisée deux fois ces derniers mois, dont une fois avec des graffitis antisémites.

Intimidation

«Qu’est-ce qu’il nous reste d’autre que la grève? La guérilla?» a questionné un étudiant, après qu’un sceptique eut mis en doute la pertinence d’un débrayage.

Peu de voix discordantes se sont fait entendre. Pourtant, les «perturbations ne procèdent en aucune manière de la volonté clairement exprimée d’une majorité», estiment 14 professeurs dans une lettre qui a fait le tour des médias hier.

Infiltré dans la salle de l’assemblée, Le Journal a été témoin de l’intimidation contre les opposants à la grève. Il était, de plus, aisé de participer au vote sans être étudiant, puisqu’un simple pamphlet rose ramassé au détour d’un corridor aurait permis de voter.

Dans la salle, les plus jeunes considéraient leurs aînés qui ont participé à la grève de 2012 comme des exemples.

Mais les professeurs craignent justement un autre printemps érable. «On nous promet maintenant une grève générale pour le printemps. Cela nuit objectivement à la qualité de la formation et à la valeur du diplôme», écrivent-ils.

«Je comprends qu’on soit contre ce qu’il se passe, mais saboter ses propres études ne sert à rien», estime le Pr Julien Bauer, un des 14 signataires.

Des inscriptions anti-savoir sont même visibles ça et là.
Photo Anne Caroline Desplanques
Des inscriptions anti-savoir sont même visibles ça et là.

Emplois menacés

Comme ses collègues, le Pr Bauer s’inquiète particulièrement des chances de ses étudiants de trouver un emploi après leurs études. Il dénonce notamment le sabotage, le 20 janvier, d’une rencontre de réseautage avec un sous-ministre de Ressources naturelles Canada, annulée à cause d’un groupe de manifestants opposés aux pipelines.

Le 20 janvier, une soixantaine de manifestants opposés aux pipelines ont interrompu en criant une rencontre organisée à l'UQAM avec le sous-ministre adjoint de Ressources naturelles. La cinquantaine d’étudiants qui participaient à cette rencontre, qui visait à faciliter leur accès au marché du travail, ont été contraints de quitter la salle.

«Ils nous reprochaient de vouloir travailler pour les compagnies pétrolières», se désole un étudiant victime d’intimidation lors de cet évènement.

Ayant requis l’anonymat par crainte de représailles, il explique qu’il a plutôt manqué une occasion unique de débattre avec le sous-ministre et de recueillir des informations qui auraient pu l’aider à obtenir un emploi au ministère pour influencer les politiques publiques en environnement.

«Si on n’a même plus le droit d’aider nos étudiants à avoir un emploi après leurs études, à quoi sert-on?» interroge le Pr Bauer.

Soulevée en assemblée, la question de l’emploi a cependant été suivie d’une réponse cinglante d’une étudiante. «En étudiant pour se préparer au marché du travail, on reproduit le système capitaliste», a-t-elle dit.


Les étudiants en science politique et droit de l’UQAM seront en grève à partir du 25 mars et tiendront un vote de reconduction dans la semaine du 7 avril.

Voici une vidéo qui date de 2012: