/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Les Ontariens et le sexe

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous vu les manifs en Ontario? Des centaines de parents sont outrés parce qu’à partir de septembre 2015, il y aura un nouveau cours d’éducation sexuelle dans les écoles.

J’ai quelques questions pour ces parents qui s’opposent à cette réforme: préférez-vous que vos enfants apprennent la sexualité sur YouTube en regardant BélindaXXXX se faire prendre par quatre gars?

Voulez-vous que vos ados apprennent la notion de consentement en allant voir Cinquante nuances de Grey?

NOUNE ET ZIZI

En 2010, l’Ontario avait mis sur la table une réforme des cours d’éducation sexuelle. Mais devant le tollé soulevé par des parents et des groupes religieux, le gouvernement avait fait marche arrière.

Kathleen Wynne était ministre de l’Éducation à l’époque. Elle est maintenant première ministre (la première PM ouvertement homosexuelle d’une province au Canada) et elle a remis sur le tapis ce nouveau cours d’éducation sexuelle. Quand j’ai su que ça créait tout un scandale, je suis allée voir ce qui faisait grimper des parents dans les rideaux.

Imaginez le scandale: on va enseigner que les garçons ont un «pénis» et que les filles ont une «vulve» et un «vagin» (autrement dit, on va utiliser les vrais mots anatomiques au lieu de dire «zizi» et «noune»).

On va enseigner que des garçons aiment des garçons et des filles aiment des filles. On va parler de sexting et de «consentement».

On va même apprendre aux enfants que certains êtres humains se touchent pour se donner du plaisir!

Si vous avez envie de hurler, allez sur le site du groupe Campaign Life Coalition, un groupe anti-avortement.

Ils s’en prennent au fait que la première ministre est homosexuelle, ils affirment que ce cours banalise le sexe anal, encourage la masturbation, fait la promotion des homosexuels. Bref, ils ont peur que des tas de petits Ontariens soient «contaminés» et virent gais si on leur enseigne que certains enfants ont deux papas et deux mamans.

Quand je lis des niaiseries comme celles de Campaign Life Coalition, je me dis que ces gens-là auraient justement eu bien besoin de cours d’éducation sexuelle quand ils étaient jeunes.

BIENVENUE EN 2015

Aujourd’hui, les enfants sont bombardés d’images sexuelles dès leur plus jeune âge. La puberté arrive de plus en plus tôt. Avec internet, ils ont accès à des tonnes d’informations.

Avec Facebook, ils se font traiter de pissou s’ils n’ont pas encore «couché» et elles se font traiter de salopes si elles ont «couché». Avec Twitter, ils se font détruire une réputation en quelques clics.

Dans les clips, ils voient Miley Cyrus se masturber, Rihanna et Shakira se minoucher et Beyoncé et Jennifer Lopez «shaker leur booty».

Et au lieu de leur donner une éducation qui va leur permettre de comprendre ce tsunami d’infos et d’images, on voudrait garder les jeunes dans l’ignorance et la pudeur victoriennes?

Non seulement on doit féliciter l’Ontario qui met ses culottes, avec un cours d’éducation sexuelle qui reflète la réalité de 2015, mais il faut s’en inspirer.

Québec promet un projet-pilote pour le retour de l’éducation sexuelle en septembre 2015. Inspirez-vous de Kathleen Wynne!

Ce serait bien la première fois que les Ontariens nous montreraient quoi faire dans le domaine sexuel!