/news/society
Navigation

Des toilettes de sexe neutre à Dawson

Un jeune étudiant transgenre a convaincu la direction de rendre deux salles de toilette accessibles à tous

Jules Rose Johnson, de l'association étudiante
Photo Le Journal de Montréal, Dominique Scali «Aller aux toilettes devrait être une activité qui passe inaperçue», croit Jules Rose Johnson, responsable des affaires internes de l’association étudiante à Dawson.

Coup d'oeil sur cet article

Les étudiants transgenres du Collège Dawson sont maintenant bien plus à l’aise d’aller au petit coin depuis que des toilettes de sexe neutre ont été aménagées.

Les étudiants transgenres du Collège Dawson sont maintenant bien plus à l’aise d’aller au petit coin depuis que des toilettes de sexe neutre ont été aménagées.

«Qu’est-ce que tu fais là? Tu n’es pas dans la bonne toilette», se faisait constamment dire Jules Johnson avant que le cégep ne convertisse deux toilettes pour hommes en toilettes de sexe neutre, ces jours-ci.

Cet étudiant transgenre en arts et culture ne se sentait pas tout à fait en sécurité dans les toilettes pour hommes. «Je connais des transgenres qui ont été physiquement attaqués dans des toilettes publiques, en général dans les bars».

Selon M. Johnson, il y aurait environ 150 transgenres sur les 10 500 étudiants du Collège Dawson, un chiffre que la direction ne peut confirmer.

Mécontents

En tant que responsable des affaires internes de l’association étudiante,

M. Johnson a donc présenté un projet de toilettes de sexe neutre à la direction du cégep, qui a décidé d’emboîter le pas aux universités McGill et Concordia.

Cette décision ne fait toutefois pas l’unanimité. «Le problème c’est qu’il y a des urinoirs et que des filles peuvent entrer. Moi je n’aime pas partager la toilette avec des femmes», se plaint un professeur qui désire garder l’anonymat pour ne pas «passer pour un vieux réactionnaire de droite».

La direction affirme de son côté n’avoir reçu aucune plainte. «On essaie le plus possible d’accommoder [les minorités], surtout lorsqu’il s’agit de sécurité», indique la directrice des communications Donna Varrica.

Les toilettes de sexe neutre sont encore utilisées en majorité par des hommes, car les étudiants n’ont pas forcément remarqué le changement d’enseigne, explique M. Johnson. De passage au Collège, Le Journal n’y a d’ailleurs croisé que des étudiants masculins. Ceux interrogés ignoraient que la toilette est maintenant ouverte à tous.

À sa place

Malgré cela, les étudiants transgenres qui utilisent maintenant exclusivement ces toilettes sont nombreux, assure M. Johnson, qui dit en connaître une cinquantaine.

«Il y a aussi plein de gens qui nous écrivent parce qu’ils trouvent ça cool», ajoute-t-il.

Il arrive encore que les gens soient confus et l’abordent pour lui dire qu’il s’est trompé d’endroit, mais M. Johnson peut maintenant répliquer qu’il est à la bonne place. «Il y a encore plein de toilettes uniquement pour hommes sur le campus. S’ils ne sont pas à l’aise qu’ils aillent dans une autre.»

-Avec la collaboration d’Isabelle Maher