/sports/others
Navigation

Vélo-boulot sous zéro

La rudesse de l’hiver et ses conditions rébarbatives n’a pas tari la vague de nouveaux cyclistes hivernaux.
Photo François Démontagne La rudesse de l’hiver et ses conditions rébarbatives n’a pas tari la vague de nouveaux cyclistes hivernaux.

Coup d'oeil sur cet article

Dangereux et dérangeant. Ou dérangeant et dangereux, selon la perspective. La pratique du vélo hivernal ne fait pas l’unanimité.... chez les non-pratiquants. Ses adeptes, eux, sont toujours plus nombreux et mieux informés. Des hurluberlus sur deux roues? Pas du tout.

Dur de quantifier cette croissance, selon Vélo Québec, mais à l’œil, ça ne ment pas: de plus en plus de gens continuent à pédaler l’hiver, surtout dans les quartiers centraux de la métropole. Ils seraient maintenant plus de 50 000.

Selon Magali Bebronne, agente de liaison pour le transport actif, entre 10 et 15 % des cyclistes choisissent de ne pas remiser leur monture à l’arrivée de la saison froide. Et ces sportifs ne cadrent plus dans les stéréotypes du cycliste aguerri limite extrême ou du «grano» militant.

Une pratique qui se démocratise

Sylvie Dô est du nombre. Nouvelle cycliste de 53 ans de la vague Bixie «bâtie sur un frame de chat», comme elle dit, elle n’avait pas le profil de l’emploi selon ses proches pour se lancer dans un «transport extrême».

«Tu es folle!» lui a-t-on répété.

Pourtant, la cycliste se qualifie de «moumoune prudente». Sa motivation de continuer à rouler l’hiver n’avait qu’un but: le plaisir. Exit la recherche de sensations extrêmes. Exit le désir de sensations fortes pour pimenter sa journée de travail. Le plaisir et l’incroyable sentiment de liberté associés à la pratique du vélo, été comme hiver.

Elle a fait ce que beaucoup de nouveaux cyclistes hivernaux font: s’informer ad nauseam.

«J’ai posé mille questions aux quelques personnes que je connaissais au travail qui pratiquaient le vélo d’hiver et j’arrêtais même les cyclistes que je croisais sur la route pour leur poser des questions», me dit la convertie en riant.

Son constat après coup? «C’est beaucoup plus simple qu’on peut penser», encourage Sylvie Dô.

«Surtout, c’est un vrai plaisir! Un plaisir accessible tous les jours, matin et soir... plus besoin d’attendre le week-end pour profiter de l’hiver. J’aime encore plus l’hiver maintenant», ajoute la nouvelle cycliste quatre saisons.

Un hiver quant à lui extrême

Neige, poudrerie, glace, froid extrême: les adeptes du vélo hivernal y ont goûté cette année.

«Sans équivoque, depuis cinq ans, c’est le pire hiver», concède Magali Bebronne.

Mais le vélo d’hiver n’est pas une secte, quoi qu’en pensent certains. On ne passe pas de quatre roues à deux roues en se mettant en selle envers et contre tout et tous, jour après jour, sans évaluer les conditions et ses capacités. Aucune honte à choisir un matin la banquette de l’autobus ou ses bancs chauffants, selon son jugement.

«On encourage les gens à d’abord essayer sur une chaussée sèche, et à expérimenter avec leurs vêtements, puis à tenter, s’ils sont à l’aise, quand la chaussée est mouillée ou légèrement enneigée. C’est un apprentissage», explique la cycliste.

La semaine prochaine, mars, et ses promesses de temps, espérons-le, plus clément. À défaut d’avoir «continué à rouler l’hiver», pourquoi ne pas tenter de remonter en selle plus tôt?

Une mise en garde amusante de Vélo Québec: «Ça va être salissant.»

Garde-boue et pantalons imperméables. Tout un attirail extrême.

 


Conseils pour rouler l’hiver

Adapter sa conduite

«Rouler moins rapidement, ne pas faire de manœuvres brusques, se laisser l’espace pour un temps de freinage plus lent: les recommandations qu’on donne aux automobilistes pour la conduite hivernale sont exactement les mêmes qu’on donnerait aux cyclistes», résume Magali Bebronne de Vélo Québec.

Autrement, été comme hiver, les mêmes règles s’appliquent pour une cohabitation plus harmonieuse entre les différents usagers de la route.

Adapter son équipement

Pneus à crampons ou pneus à clous? Pneus larges ou pneus étroits? Il y a deux écoles de pensée dans tout, et il est facile de s’y perdre. Notez que les pneus à crampons simples font résolument le travail dans la majorité des conditions hivernales, si on adapte sa conduite. Vélo Québec simplifie encore plus le matos nécessaire pour le vélo hivernal en ville en suggérant de d’abord baisser la pression de ses pneus réguliers pour augmenter leur adhérence.

Autres trucs pratiques

Baisser la selle. «On veut pouvoir mettre le pied à terre facilement, en cas de déséquilibre, notamment», conseille Magali Bebronne.

Lubrifier, lubrifier, lubrifier. Régulièrement et généreusement, il faudrait lubrifier les composantes de son vélo afin de s’assurer que tout roule comme sur des roulettes. Le cadenas peut même y passer afin de s’éviter le désagréable scénario d’un cadenas gelé et coincé et de deux mains gelées.

Et le plus important: être visible en tout temps. Bref, se munir de lumières actives (phare avant et feu arrière), obligatoirement – carrément une responsabilité selon les adeptes du vélo hivernal – et porter au moins quelques pièces de vêtements avec des bandes réfléchissantes.

Adapter son trajet

Tracer un trajet sécuritaire et agréable est le nerf de la guerre pour maximiser le plaisir.

Encore ici, deux choix, avec leurs avantages et leurs inconvénients: les rues étroites, promesse de tranquillité relative, mais aussi de conditions plus glacées et enneigées, ou les artères plus principales, gages d’un meilleur état de la chaussée, mais d’une cohabitation parfois plus stressante.

 

Ressources pour cyclistes hivernaux

L’offre d’ateliers de vélo hivernal se multiplie en réponse à la demande. Boutiques spécialisées, universités, groupes communautaires, et évidemment Vélo Québec organisent des ateliers pour répondre aux questions des curieux et néophytes.

Deux roues, quatre saisons

Une question sur le vélo hivernal? La réponse s’y trouve, assurément: https://www.2roues4saisons.org/

Groupe Vélo d’hiver

Besoin de conseils d’un pair ou de motivation pour vous lancer? Par ici: https://www.facebook.com/groups/velodhiver/