/lifestyle/food
Navigation

Des épices dans la bière

Des épices dans la bière
Photo montage et Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Il y a peu de choses aussi envoûtantes et séduisantes qu’un parfum d’épices en cuisson lorsqu’on franchit le seuil d’une cuisine. Les vapeurs aromatiques transcendent la recette, nous faisant saliver rapidement. Les maîtres brasseurs comprennent ce phénomène aussi bien que nous.

Ils profitent donc du pouvoir des épices, depuis des siècles, soit pour accompagner le houblon de la bière, soit pour carrément transporter leur liquide chéri vers un univers de saveurs encore plus vaste.

Pas besoin d’aller bien loin pour trouver des exemples de bières contenant des épices. On en trouve plusieurs au Québec. Prenez par exemple la bière de blé d’inspiration belge qu’on appelle souvent «blanche». Ce type de bière, l’un des plus populaires de la province, est épicé à la graine de coriandre et à l’écorce d’orange, et ce, depuis des décennies.

Du Moyen âge à aujourd'hui

Il faut savoir que le houblon joue le même rôle dans la bière que les épices dans une soupe. On l’ajoute afin d’obtenir un parfum plus envoûtant au sein de notre «bouillon» de céréales sucrées.

De ce point de vue, vous comprendrez qu’une bière aux épices n’est rien de bien étrange.

Au Moyen Âge, plusieurs types de bière en Europe étaient brassés avec des épices. En effet, avant d’avoir découvert les vertus du houblon pour aromatiser, amériser et, surtout, aider à conserver la bière, les brasseurs utilisaient une myriade de mélanges d’épices différents.

Clin d’œil au passé

C’est parfois en clin d’œil à ce passé brassicole que les brasseurs d’aujourd’hui concoctent ce que l’on appelle des «gruits»: des bières épicées au myrique baumier, à l’achillée millefeuille, à la bruyère et autres plantes, fleurs, etc.

L’Alésia, une cervoise québécoise conçue pour rendre hommage au breuvage de prédilection des Gaulois de l’époque, en est un autre bel exemple.

Outre sa belle bouteille en forme d’amphore, son profil de saveurs nous transporte effectivement dans un autre monde, dans lequel le houblon laissait place à un feu roulant d’herbes parfumées se fondant en une acidité rafraîchissante.


Martin Thibault et David Lévesque Gendron sont les auteurs des Saveurs gastronomiques de la bière, sacré meilleur livre sur la bière au monde aux Gourmand World Cookbook Awards, gagnant du premier prix littéraire Mondial de la Bière, gagnant d’une médaille d’or au concours des livres culinaires canadiens de Taste Canada et finaliste au prix Marcel-Couture.

 


Le saviez-vous ?

Les bières épicées d’autrefois possèdent plusieurs liens avec la root beer d’origine, lorsque celle-ci était alcoolisée.

 


3 bières épicées

Voici trois bières de brasseries québécoises qui mettent en valeur autant les épices que les céréales et, parfois, les houblons.

 

Une bière inclassable

Des épices dans la bière
Photo courtoisie
 
La TPA,
de la Brasserie Kruhnen, à Blainville
 
Au nez: Miellée et boisée
 
En bouche: Herbacée et fruitée
 
Pourquoi c’est bon: Le profil de l’herbe secrète de cette bière se voit rehaussé par un houblonnage fruité aux angles tropicaux qui devient rapidement très rafraîchissant.

 

Une Witbier à la belge

Des épices dans la bière
Photo courtoisie
 
La Boréale Blanche,
de Brasseurs du Nord, à Blainville
 
Au nez: Citron, gingembre et épices
 
En bouche: Effervescente et désaltérante
 
Pourquoi c’est bon: La coriandre et le zeste d’orange classiques à la bière de blé belge construisent un bouquet aussi aromatique qu’enivrant.

 

Un Gruit

Des épices dans la bière
Photo courtoisie
 
La Bog Water,
de Beau’s, à Vankleek Hill, en Ontario
 
Au nez: Fruitée et caramélisée
 
En bouche: Herbacée et sucrée
 
Pourquoi c’est bon: Le mélange d’épices évolue dans un corps facile d’approche et assez chaleureux pour réveiller la flamme de tout amateur d’herboristerie.