/misc
Navigation

La gestion de l’offre taxe les pauvres

La gestion de l’offre taxe les pauvres

Coup d'oeil sur cet article

La gestion de l’offre – cette politique qui vise à limiter l’offre de produits laitiers et de volailles - est une taxe régressive qui tombe sur le dos des plus pauvres. Ce n’est pas la première fois que je le dis. La logique économique est simple - en réduisant l’offre, l’augmentation du prix est uniforme pour tous les groupes de revenus mais puisque les ménages pauvres attribuent une part supérieure de leurs revenus à l’alimentation, l’augmentation du prix représente un fardeau plus important.

En 2013, j’avais utilisé l’enquête sur les dépenses des ménages de Statistiques Canada et les prix des aliments fournis par le ministère américain de l’agriculture ainsi que les prix des aliments au Canada selon la Commission canadienne des produits laitiers et Statistiques Canada. Au final, j’avais montré que la gestion de l’offre représentait une taxe d’environ 5% pour le 10% le plus pauvre de la population canadienne et une taxe de 0.5% pour le 10% le plus riche de la population canadienne.

À l’époque, l’Union des Producteurs Agricoles avait balayé du revers de la main cette affirmation (particulièrement avec des statistiques truquées que j’ai démantibulées ici, ici, ici, ici et ici). Aujourd’hui, balayer cet effet socialement régressif du revers de la main est plus difficile. La revue savante Canadian Public Policy (une publication du Canadian Economics Association soumise à une révision par des pairs) a publié une étude de professeurs de l’Université du Manitoba qui effectuent le même type d’analyse que j’ai effectué mais avec des données encore plus riches que les miennes.

Mon analyse initiale ne pouvait pas tenir compte de l’élasticité-revenu de la consommation alimentaire des ménages riches. Par conséquent, je ne pouvais pas arriver au niveau de demande des biens alimentaires touchés par la gestion qui différait selon le revenu. Toutefois, le montant trouvé par ces chercheurs pour le 20% le plus pauvre au Canada est de 339$ alors que le mien était de 335$ - un estimé assez proche. En pourcentage du revenu du 20% le plus pauvre de la population canadienne (revenu moyen de $14 788), on parle donc d’une taxe de 2.3% (et en utilisant les mêmes bases de données qu’eux – j’arrive toujours à 5% pour le 10% le plus pauvre). Pour le 20% le plus riche (revenu moyen de $118 189), on parle d’une taxe de 0.5%  Pour l’ensemble de la population, on parle donc d’une taxe d’environ 1%.  Techniquement, ceci signifie que la gestion de l’offre représente un coût pour la société équivalent à 1% de l’économie canadienne.

Si on pouvait éliminer la gestion de l’offre (en rachetant à pleine valeur les permis des producteurs afin de ne pas leur voler la valeur du permis), on serait en train d’appliquer l’équivalent d’une baisse d’impôt progressive qui avantage les pauvres et la classe moyenne.  Soyons honnêtes, admettons l’échec de la gestion de l’offre, remboursons les agriculteurs floués par cette politique et libéralisons le marché alimentaire canadien. Tout le monde sera gagnant.