/weekend
Navigation

Quand la danse s’invite sur le ring

ROCCO
Rocco, une présentation de Danse Danse et de la Place des Arts, sera à l’affiche de la Cinquième Salle du 3 au 14 mars.

Coup d'oeil sur cet article

Les combats chorégraphiques seront à l’honneur à la Cinquième Salle de la Place des Arts, du 3 au 14 mars, puisque la compagnie néerlandaise Ickamsterdam y présentera Rocco, une œuvre qui rend hommage au milieu de la boxe et au film Rocco et ses frères du cinéaste italien Luchino Visconti.

«Nous nous sommes inspirés de la présence physique des boxeurs, mais nous faisons également quelques références au film de Visconti, a expliqué le chorégraphe Emio Greco, qui a créé Rocco avec son complice Pieter C. Scholten. Il y a certaines similitudes dans la façon qu’ont les boxeurs et les danseurs d’utiliser leurs pieds. Les boxeurs sont constamment en train de se déplacer, en train de changer de position. Il y a un lien à faire entre la dynamique de ces deux sports. Nous savions que la boxe allait être un thème intéressant à explorer.»

Le spectacle d’1h10, qui met en vedette quatre danseurs (Dereck Cayla, Quentin Dehaye, Edward Lloyd et Arnaud Macquet), se déroule entièrement sur un ring de boxe. De plus, ses interprètes portent de véritables protecteurs buccaux. Il faut dire que depuis sa création, deux danseurs ont été obligés de se rendre à l’hôpital, à la suite d’une représentation, afin de soigner une fracture du nez.

«Ce sont des choses qui arrivent, a affirmé Emio Greco. Certains mouvements sont exécutés près du visage des autres danseurs. Parfois, il suffit qu’il y ait un moment d’ouverture pour qu’il se produise un incident.»

 

Langage universel

Rocco, œuvre qui a été présentée dans 13 pays depuis sa création, en 2011, a exigé de ses chorégraphes qu’ils se lancent dans un processus de réflexion par rapport à leur propre façon de se déplacer.

«Mon père était boxeur. C’était donc un monde avec lequel j’étais déjà familier, a expliqué Emio Greco. De plus, il y a des boxeurs professionnels qui sont venus nous enseigner certaines techniques et qui ont accepté de partager avec nous la philosophie de leur sport.»

Selon Emio Greco, le succès international remporté par cette œuvre s’explique par le fait que dans plusieurs cultures, la boxe soit associée à des événements sociaux rassembleurs. Il soutient également que les valeurs humaines auxquelles elle touche sont universelles.

«Dans cette œuvre, les danseurs sont parfois frères, parfois ennemis. Parfois, ils sont des hommes, et d’autres fois, ils sont comme des enfants. Ils ressentent de la haine, mais ils ressentent également de la tendresse. Tous ces éléments font partie de la nature humaine. La danse nous permet d’illustrer toutes ces émotions. Je crois que c’est pour cette raison que les gens sont touchés par le spectacle.»