/sports/hockey
Navigation

Un message pour Doug Wilson

Marc-Édouard Vlasic ne veut pas voir les Sharks être vendeurs

Un message pour Doug Wilson
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

SAN JOSE | Depuis ses premiers pas avec les Sharks en 2006-2007, Marc-Édouard Vlasic a toujours participé aux séries. Il n’a jamais soulevé la coupe Stanley, vivant plus de déceptions au cours des dernières années avec une équipe qu’on croyait trop souvent aspirer aux grands honneurs.

La réalité n’est absolument pas la même cette saison à San Jose. À la veille de la date limite des transactions et de la visite du Canadien dans le nord de la Cali­fornie, les Sharks se voient menacés d’une exclusion des séries. Il s’agirait d’une première depuis la saison 2002-2003.

Avec seulement deux victoires à leurs 10 derniers matchs, les Sharks ont glissé à l’extérieur du tableau des séries en 10e position avec 68 points. Mais, il n’y a rien d’impossible avec seulement deux points de retard sur les Kings de Los Angeles (8e) et les Flames de Calgary (9e).

Quelques minutes après un revers de 3 à 2 contre les Sénateurs d’Ottawa, samedi, au SAP Center de San Jose, Vlasic a lancé un message clair à son directeur général, Doug Wilson.

«Je ne veux pas voir les Sharks être vendeurs, a-t-il affirmé. Nous avons une bonne équipe. Quand nous jouons contre de bonnes formations comme Anaheim ou Los Angeles, nous offrons de bonnes performances. Je sais que Doug rêve de gagner la coupe Stanley. Je crois plus qu’on sera acheteurs, pas vendeurs.»

«Si Doug ne réalise pas une grosse transaction, je ne serai pas déçu, a-t-il poursuivi. Je crois toujours en cette équipe. Nous avons de bons joueurs au sein de cette chambre. Nous devons juste trouver une façon pour nous relever.»

Aucun stress

Sur une note personnelle, Vlasic n’a pas à se ronger les ongles à quelques heures de la date fatidique des échanges dans la LNH. Le défenseur de 27 ans sait qu’il fait partie du noyau fort des Sharks et qu’il ne déménagera pas.

«J’ai encore trois ans à mon contrat avec une clause de non-échange, alors je n’y pense même pas, a-t-il répondu. Les Sharks devraient m’approcher si c’était leur intention et ils ne l’ont jamais fait.»

Vlasic sait toutefois que certains de ses coéquipiers ne s’éloigneront pas trop de leur téléphone cellulaire.

«C’est différent pour chacun des joueurs, a-t-il précisé. Ça dépend toujours de ta situation contractuelle. Quand tu n’as pas un contrat pour la prochaine saison, tu penses possiblement plus à une éventuelle transaction.»

«Les gars ne devraient pas trop y penser. Jason Demers a été échangé au mois de novembre. Ça peut arriver n’importe quand. Oui, il y aura plus de transactions à la dernière minute, c’est toujours comme ça. Mais, tu ne peux pas te laisser distraire par la date limite des échanges. Tu ne joueras pas ton rôle si tu as la tête ailleurs.»


► En 58 matchs cette saison avec les Sharks, Vlasic a obtenu 18 points (7 buts, 11 aides). Il se retrouve au deuxième rang de l’équipe avec un différentiel de +10.