/news/education
Navigation

Français: les enseignants doivent être des modèles, selon le ministre Blais

François Blais
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark Le nouveau ministre de l’Éducation, François Blais

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau ministre de l’Éducation, François Blais, considère que la maîtrise du français chez les futurs profs est «très importante» et que les enseignants doivent être «des modèles pour leurs élèves».

Le Journal rapportait lundi que le taux d’échec à l’examen national de français des étudiants en enseignement reste élevé: dans certaines universités, moins d’un sur deux le réussit du premier coup.

«Le test est exigeant, mais les résultats se sont améliorés au fil des ans. On va continuer à suivre la situation de près», a affirmé l’attachée de presse de M. Blais, Julie White.

Ordre professionnel

De son côté, Jean-François Roberge, porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ) en matière d’éducation, revient à la charge avec la création d’un ordre professionnel des enseignants, qui permettrait d’imposer des exigences en matière de formation continue, affirme-t-il.

Il se réjouit par ailleurs que les universités ne baissent pas les bras malgré un taux d’échec élevé. «On n’a pas proposé de baisser les exigences et je trouve ça assez rassurant», lance M. Roberge.

À la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ), la présidente Josée Scalabrini considère qu’on en met beaucoup sur le dos des enseignants. «Les étudiants font tout pour corriger des lacunes qui proviennent d’un système», lance-t-elle, rappelant que les nouveaux profs doivent aussi passer un examen de français lors de leur embauche par une commission scolaire.

Cas rares

Du côté de l’Université du Québec à Chicoutimi, où un étudiant a passé l’examen à 10 reprises toujours sans succès, on tient à préciser que des cas semblables sont rares, mais qu’ils existent aussi dans d’autres universités.

«On est en train de mettre en place des moyens pour intervenir plus tôt, dès la troisième passation, pour qu’il y ait un rattrapage bien encadré», affirme Carole Fisher, responsable du centre d’aide en français pour les étudiants en enseignement.