/sports/others
Navigation

Ski de fond: rendez-vous au Québec en 2016

Le Ski Tour servira de dessert à la Coupe du monde

SKI-NORDIC-WORLD-MEN
AFP Alex Harvey deviendra le centre d’intérêt du Ski Tour au Québec et au Canada, en mars 2016, qui couronnera les champions de la prochaine saison de la Coupe du monde.

Coup d'oeil sur cet article

Certifié par son succès aux championnats du monde à Falun, Alex Harvey peut déjà se projeter comme acteur principal du Ski Tour qui amènera l’élite mondiale du ski de fond au Québec et en Alberta en mars 2016.

Cette série costaude de huit courses en 12 jours, dont la moitié se déploiera dans trois villes du Québec, s’annonce comme un incontournable puisqu’elle servira de finales de la Coupe du monde. En conclusion d’une saison sans Jeux olympiques ni championnats du monde, cette rare fenêtre autorise ce saut au Canada, l’an prochain.

Pour la première dans l’histoire de la Coupe du monde, les convoités globes de cristal, autant au classement général que dans les épreuves du sprint et des distances, seront remis en sol canadien aux meilleurs hommes et femmes.

«Il y aura tellement de points à distribuer que les meilleurs qui n’iront pas vont perdre la Coupe du monde, tout simplement», résume Pierre Mignerey, directeur des épreuves de ski de fond à la Fédération internationale de ski (FIS).

L’attrait d’Alex Harvey

L’énigmatique Petter Northug a déjà promis qu’il y sera. On peut s’attendre à autant de sa compatriote norvégienne Therese Johaug, triple médaillée d’or comme lui en Suède. Et trois ans et demi après son passage au pied du parlement de Québec, en décembre 2012, Harvey viendra alors s’exécuter chez lui au pic de sa maturité physiologique.

«Une année avant le Ski Tour, c’est une bonne nouvelle que de voir les médailles qu’a remportées Alex à Falun. Alex deviendra assurément le meilleur candidat pour aller chercher la population parce qu’il «connecte» bien», observe Sandra Spitz, coordonnatrice des événements de ski de fond à la FIS.

«C’est comme ça partout. Quand on va en Pologne et qu’il n’y a pas Justyna Kowalczyk, il n’y a pas le même succès populaire. Et quand l’équipe finlandaise était en difficulté au début des années 2000, le stade à Lahti était vide quand ils ont recommencé à accueillir des Coupes du monde», ajoute Mignerey.

«Alex, il a en plus ce côté charismatique, dit-il. Il ne suffit pas d’être bon, il faut aussi avoir une personnalité qui est attractive. Et dans son cas, je pense qu’il l’a.»

Le défi de la logistique

Deux semaines sépareront l’épreuve précédente de la Coupe du monde à ce Ski Tour à la fin de l’hiver 2016. La société Gestev, instigatrice de cet événement et organisatrice principale des étapes de Montréal et Québec, a obtenu ce tampon de la part de la FIS pour ainsi procurer aux équipes une meilleure adaptation au décalage horaire.

Déjà que les déplacements entre les trois villes québécoises et ensuite entre les deux provinces suscitent des préoccupations.

«Se déplacer d’un site à un autre est toujours stressant pour les équipes, témoigne Mignerey. C’est la même chose dans tous les grands tours.

Si la logistique n’est pas 100 % bien organisée, ça va créer des tensions. Mais pour l’aspect sportif, ce point ne nous inquiète pas parce qu’on sait à quel niveau s’attendre avec Gestev.»

 


Une étape «historique» au Mont-Royal

FALUN  |  Déjà conquise à l’idée de fouler les plaines d’Abraham à Québec, la Coupe du monde de ski de fond testera son audace jusque sur le mont Royal en plein centre-ville de Montréal.

Le mercredi 2 mars 2016, les meilleurs fondeurs de la planète s’élanceront dans des épreuves en style classique de 5 km (femmes) et 10 km (hommes).

«Ça va être historique parce qu’on a appris que c’est là qu’est né le premier club de ski au Canada. On y a aussi découvert un parcours de haut niveau pour le style classique. Cette course au centre-ville a déclenché un élément très fort pour le Tour.

La réaction dans le milieu du ski de fond a été spontanée», rapporte Patrice Drouin, président de la firme Gestev qui a obtenu la présentation de ce tour de ski au Canada.

«On a toujours dit qu’il fallait essayer d’apporter le ski de fond plus près des populations et arrêter d’espérer que les populations vont venir au fond du bois pour nous regarder. C’est la meilleure promotion possible pour notre sport que de se rapprocher des villes», exprime Pierre Mignerey, directeur de cette discipline à la Fédération internationale de ski.

 

Ski Tour 2016

  • 1er mars: Parc Jacques-Cartier, Gatineau (sprint ind. Style libre)
  • 2 mars: Parc Mont-Royal, Montréal (5-10 km classique)
  • 4-5 mars: Plaines d’Abraham, Québec (sprint + poursuite 10-15 km style libre)
  • 8-9 mars: Canmore (Alberta) (10-15 km style classique + skiathlon 15-30 km)
  • 11 mars: Lake Louise (Alberta) (10-20 km style classique)
  • 12 mars: Canmore (10-15 km poursuite style libre)