/lifestyle/beautyfashion
Navigation

Clin d’œil revisite ses modèles de beauté

Lucie Dumas, éditrice en chef de TVA Publications, s’engage entre autres à ce que le magazine Clin d’œil représente la diversité corporelle.
photo courtoisie Lucie Dumas, éditrice en chef de TVA Publications, s’engage entre autres à ce que le magazine Clin d’œil représente la diversité corporelle.

Coup d'oeil sur cet article

Pour souligner son 35e anniversaire, le magazine Clin d’œil choisit de promouvoir davantage la diversité corporelle et s’engage désormais à présenter de multiples modèles de beauté.

Dorénavant, les adolescentes décharnées feront place aux modèles de tous âges, de toutes formes et de toutes nationalités dans les pages du célèbre magazine de mode. Bref, des mannequins à l’image de la femme moderne.

«Chaque fois qu’on parlait à nos lectrices, à nos copines, aux femmes qui nous entourent ou aux gens dans la communauté artistique, on recevait des commentaires [sur le fait que] les femmes ne se reconnaissent plus dans les magazines de mode et de beauté. On s’est dit qu’il fallait que ça change», explique Lucie Dumas, vice-présidente, Contenus et éditrice en chef de TVA Publications.

Le magazine Clin d’œil
photo le journal de montréal, Martin chevalier
Le magazine Clin d’œil

C’est ainsi que le magazine a décidé de célébrer la beauté sous toutes ses formes et tous ses visages en se donnant pour mission de continuer à faire rêver les femmes, mais dans des univers de l’ordre du possible.

«On s’engage à ne plus faire aucune retouche pour amincir les mannequins, à n’engager que des modèles âgés de 18 ans et plus, ainsi qu’à présenter dans nos pages des mannequins de toutes tailles, de tous âges, de toutes origines et de tous poids. Également, on veut faire des pages de magasinage diversifiées, pour permettre à la fille qui habille du XS autant qu’à celle qui habille du XL de pouvoir reproduire les looks à la mode», poursuit Mme Dumas.

Effet d’entraînement

Le magazine Clin d’œil
photo le journal de montréal, Martin chevalier
Le magazine Clin d’œil

Consciente des risques qu’impliquent de tels engagements sociaux, l’éditrice en chef de TVA Publications s’attend à ce que son magazine soit scruté à la loupe et elle avoue essuyer déjà quelques refus. Mais elle n’en demeure pas moins positive.

«On a déjà eu quelques incidents que j’espère isolés, comme des stylistes qui ne veulent pas prendre le mandat parce que c’est plus compliqué d’habiller des silhouettes différentes, des photographes qui ne veulent pas de filles rondes dans leur portfolio ou des agences de mannequins qui n’adhèrent pas à notre vision, mais mon impression, c’est qu’au fil du temps, il va y avoir un effet d’entraînement. On a bon espoir que l’industrie va évoluer avec nous», précise Lucie Dumas.

Casting toutes silhouettes

Le magazine Clin d’œil
photo le journal de montréal, Martin chevalier
Le magazine Clin d’œil

Le magazine Clin d’œil profitera également de ce numéro pour faire le lancement de son désormais célèbre concours de mannequins, qui a d’ailleurs permis de propulser la carrière internationale de la mannequin Ève Salvail à ses débuts. Par contre, le concours prendra cette année une tout autre couleur.

«Pour marquer le 35e anniversaire et notre nouveau positionnement, on va faire un concours de mannequins pour toutes les silhouettes. Ainsi, la gagnante de cette année pourrait être une taille plus, une femme de 5 pi 5 po ou encore une femme de 30 ans, considérée comme une personne âgée dans le milieu de la mode», conclut Lucie Dumas.

Et si c’était vous?

Le numéro d’avril du magazine Clin d’œil sera en kiosque demain, le 5 mars.

Cinqchoses qui changeront

  • Les modèles devront être âgés d’un minimum de 18 ans.
  • Aucune retouche photo ne sera effectuée pour corriger la silhouette des mannequins.
  • Les différentes morphologies seront mieux représentées.
  • Les mannequins refléteront la diversité culturelle de Montréal.
  • Les différentes tranches d’âge seront traitées indépendamment.