/world/middleeast
Navigation

Destruction de ruines par l'EI: un «crime de guerre», dit l'Unesco

Les ruines de Nimroud, en 2001, avant leur destruction par l'EI.
Photo Archives / AFP Les ruines de Nimroud, en 2001, avant leur destruction par l'EI.

Coup d'oeil sur cet article

PARIS - L'Unesco a dénoncé vendredi la destruction au bulldozer par les jihadistes du groupe État islamique (EI) de la cité historique de Nimroud, joyau archéologique du nord de l'Irak, l'assimilant à un «crime de guerre» et annoncé avoir saisi l'ONU.

«Nous ne pouvons pas rester silencieux. La destruction délibérée du patrimoine culturel constitue un crime de guerre, et j’en appelle à tous les responsables politiques et religieux de la région à se lever contre cette nouvelle barbarie», a écrit dans un communiqué la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova.

Mme Bokova a indiqué avoir «saisi le président du Conseil de sécurité des Nations unies, et la procureure de la Cour Pénale Internationale sur ce sujet», et appelé «l'ensemble de la communauté internationale» à «unir ses efforts» pour «stopper cette catastrophe».

Selon elle, «le nettoyage culturel qui sévit en Irak n’épargne rien ni personne: il vise les vies humaines, les minorités et s’accompagne de la destruction systématique du patrimoine millénaire de l’humanité». 

Selon le ministère irakien du Tourisme, le groupe EI a commencé jeudi à détruire les ruines assyriennes de Nimroud, quelques jours après la diffusion par les jihadistes d'une vidéo montrant la destruction de sculptures préislamiques de valeur inestimable dans le nord de l'Irak.

L'EI a «pris d'assaut la cité historique de Nimroud et a commencé à la détruire avec des bulldozers», a dit le ministère du Tourisme et des Antiquités sur sa page officielle Facebook.

La ville de Nimroud, fondée il y a plus de 3300 ans, était jadis une capitale de l’empire assyrien. Elle est située sur les rives du Tigre à quelque 30 km de Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak, contrôlée par l'EI depuis juin dernier.

Les jihadistes estiment que les statues et les tombes favorisent l'idolâtrie.