/entertainment/music
Navigation

Puissant retour de Magma

Puissant retour de Magma
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Pour les fans, la parution d’un nouvel album est en soi un événement, et celui-ci ne fera pas exception.

Rappelons que Magma est un groupe de rock français fondé en 1969 par le batteur Christian Vander. Il détonne dans le paysage musical en alliant rock fusion à la puissance du Mahavishnu Orchestra, une esthétique par ailleurs plus sombre, annonçant l’engouement à venir pour le métal, du chant choral puisant à la fois dans le minimalisme et les chants rituels. Le tout est enveloppé dans une trame narrative de science-fiction, l’exode d’humains vers une planète fictive, Kobaïa, et une langue inventée, le zeuhl.

Vander entretient volontiers le mythe et la bizarrerie autour de la signature. Plus prosaïquement, la composition s’aligne sur les géants du jazz rock. Coltrane et son batteur Elvin Jones sont les références d’usage de Vander pour la critique, tant pour le fond que pour la technique.

Magma - 4/5
Slag Tanz, Jazz Village/Harmonia Mundi
Photo Courtoisie
Slag Tanz, Jazz Village/Harmonia Mundi

Les concerts sont des événements collectifs proposant une «expérience». Une incongruité dans le monde du spectacle en France. Puis, arrive la consécration en 1973, avec Mekanik Destruktiw Kommandô, considéré par plusieurs comme l’œuvre qui va définir le style.

Magma est aussi une école-laboratoire pour plusieurs des meilleurs musiciens français, dont le violoniste Didier Lockwood ou le bassiste Jannick Top. Certaines sources évaluent le roulement à plus de 150 musiciens, chanteurs et chanteuses durant les 45 années d’existence du groupe.

Un cheminement interrompu à plusieurs reprises, mais un retour en force depuis une dizaine d’années. Leurs tournées internationales sont suivies avec intérêt et leurs concerts-marathons de plus de deux heures et de quatre ou cinq titres de 20 à 25 minutes sont la norme.

Sous format MP3 ou en magasin sera sur le marché cette semaine le nouveau CD Slag Tanz (prononcez Schlag Tanz). Un programme de huit courtes pièces qui s’écoute comme une suite, durant à peine une vingtaine de minutes et décrit par Vander comme une «jazz métal symphonie».

On y retrouve le Magma classique, soit une rythmique puissante et hypnotique, du chant choral rituel qui rappelle le Carl Off de Carmina Burana et des lignes mélodiques de basse empruntées à Black Sabbath.

La surprise consiste en une pulsation sourde et majestueuse, soutenue au vibraphone et liant le tout en une seule œuvre. Le minimalisme de Reich se fait discrètement sentir (Slag Tanz), les arrangements choraux faisant penser à Zappa (Le silence des mondes). D’une concision et d’une clarté remarquables.

Cette pièce a été développée en concert depuis plusieurs années et elle sert de carte de visite pour une tournée nord-américaine au printemps. Au Festival de musique actuelle de Victoriaville et à Québec, pour leur première visite au Québec, en mai prochain. Un rendez-vous pour tout «proghead».


Drake - 3/5
If You Are Reading This It’s Too Late, Universal
 
Puissant retour de Magma
Photo Courtoisie
 
Avec la sortie inattendue de ce mixtape, il égale un record appartenant précédemment aux Beatles, soit 14 titres simultanément dans le palmarès 100 de Billboard. Première réaction: Drake se lâche un peu plus lousse, tentant une trame sonore doublée de celle témoignant de son état d’esprit (Jungle) et de ses doutes existentiels. Le paysage sonore, les effets spéciaux, les boucles, l’autotune, l’écho massif et les petites mélodies sont bien ficelés, voire hilarants si l’on est d’humeur, particulièrement Wednesday Night avec PARTYNEXTDOOR. Par contre, le propos est d’un nombrilisme effarant. Les fans lui gratteront le dos au rouleau, les autres, au râteau.
 
Sean Rowe - 4/5
Madman, Anti
 
Puissant retour de Magma
Photo Courtoisie
 
On aime parfois les voix de baryton, grasses, onctueuses et veloutées que la langue anglaise sert souvent fort bien, entre soul, rock et folk. C’est le cas ici. Sean Rowe, originaire de la côte Est américaine, est un naturaliste passionné qui a vécu dans les bois en mode survie et qui est doté d’une passion néanmoins urbaine pour le blues et le R&B. Il a débuté jeune, mais a pris son temps pour en faire une carrière. Hormis le chant qui immédiatement séduit avec ses accents néo-soul, les compositions sont extrêmement bien foutues, soutenant l’interprétation vocale sans réserve et d’une manière exceptionnelle, faisant songer immédiatement à Charlie Winston ou à Ray Lamontagne. 
 
Led Zeppelin  - 5/5
Physical Graffiti, Atlantic/Rhino
 
Puissant retour de Magma
Photo Courtoisie
 
La série de rééditions sous la supervision de Jimmy Page bat toujours son plein. Ce CD est le dernier où ils se montreront au sommet de leur art. Ils y courent des risques, n’hésitant pas à tester certaines limites et à explorer de nouvelles avenues. Certaines chansons se retrouveront au panthéon, dont Kashmir et l’incroyable In my Time of Dying dans un compte à régler avec le blues, et The Rover, leur signature rock. Pour le CD de curiosités, des mix bruts et surtout la répétition pour orchestre de Kashmir. Anecdotique, certes, mais les fans en redemandent. Mais ça sent la fin.