/news/health
Navigation

Les directeurs généraux de la santé en ballotage auront jusqu'à trois ans avec leur plein salaire pour se replacer

Coup d'oeil sur cet article

Les dizaines de directeurs généraux et directeurs adjoints des établissements de santé qui se retrouvent en ballotage pourront se prévaloir d’une période de replacement de trois ans avec leur plein salaire.

«Le temps qu’ils se trouvent un autre poste dans le réseau, ces anciens directeurs généraux seront utilisés dans leur établissement dans des activités de gestion semblables», spécifie le président de l’Association des directeurs généraux des services de santé et des services sociaux du Québec (ADGSSSQ), André Côté.

M. Côté estime que près de la moitié des directeurs généraux dont le poste est aboli sont admissibles à la retraite. À compter du 1er avril, le nombre d’établissements de santé passera de 182 à 34 au Québec.

Dans la région de Québec, onze directeurs généraux doivent céder leur poste, leur établissement étant fusionné au nouveau Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, qui s’étend de Charlevoix à Portneuf.

Nomination contestée en Gaspésie

Par ailleurs, le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est du Québec (SIIIEQ-CSQ) conteste la nomination de la directrice générale du CSSS du Rocher-Percé, Chantal Duguay, comme PDG du CISSS de la Gaspésie.

«Le Journal de Québec a publié en novembre 2014 certaines allégations à l’effet que Mme Duguay procéderait à des embauches par favoritisme à des membres de sa famille. Le ministre Barrette avait alors ordonné une enquête. Nous n’avons jamais été informés des résultats de cette enquête; celle-ci n’a pas été rendue publique et voilà qu’elle est nommée PDG», proteste la présidente du SIIIEQ, Micheline Barriault.

«Il y a des problèmes importants actuellement au CSSS du Rocher-Percé au niveau du climat de travail et de l’accessibilité aux services. Nous espérons que le bébé ne sera pas jeté avec l’eau du bain et que les problèmes que nos membres vivent ne se propageront pas à l’ensemble de la Gaspésie», opine Mme Barriault.

Postes réaffichés

D’autre part, le ministère de la Santé a réaffiché deux postes de PDG à combler d’ici le 1er avril à l’IUCPQ (hôpital Laval) et au nouveau CISSS de la Côte-Nord, les candidats pressentis n’ayant pas satisfait aux exigences. Le nouvel appel d’intérêt se termine jeudi, à 17h.