/opinion/columnists
Navigation

L’avertissement

Coup d'oeil sur cet article

Le combat fut intense et le vainqueur, étonnant. Après avoir accusé le ministre de la Santé d’«ingérence politique» pour favoriser la nomination d’un «ami» comme chef du département de chirurgie, le retour rapide de Jacques Turgeon à la tête du CHUM est une réelle victoire.

L’intervention du bureau du premier ministre y est aussi pour beaucoup. Le CHUM est le plus grand centre hospitalier universitaire du Québec. Aux coûts faramineux de 3 milliards de dollars, Philippe Couillard se devait de dénouer la crise pour protéger son ouverture prévue en 2016.

La démission d’Yves Bolduc doublée d’une série de bourdes ministérielles l’obligeait aussi à bouger vite pour combattre l’image d’un capitaine sans gouvernail.

Pour Gaétan Barrette, la défaite lui assène un sérieux coup de règle sur les doigts. Il sort de la tempête affaibli politiquement. Grand manitou d’une réforme majeure du système de santé, sa crédibilité est ébranlée.

Les optimistes prieront pour qu’il retienne la leçon et apprenne enfin à ménager ses ardeurs autoritaires. Les pessimistes attendront la prochaine crise.

Le message

Les pouvoirs excessifs que le ministre s’est donnés par son projet de loi 10 ont enfanté l’ingérence politique à l’origine de la crise. En se négociant les coudées franches dans la gestion du CHUM, Jacques Turgeon lui lance en fait un avertissement.

Hier, en point de presse, il en disait ceci: «ça montre le bon chemin à suivre dans d’autres décisions» pour les autres établissements. M. Turgeon ajoutait même qu’il «y aura peut-être certaines limites» à appliquer à la loi 10.

À ses côtés, Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades, exhortait carrément le ministre à ne «pas intervenir» dans la gestion des établissements de santé.

S’il y a un seul message à retenir de cette crise, c’est bien celui-là.

*****

Vous désirez réagir à cette chronique dans nos pages Opinions? Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com .