/news/politics
Navigation

«Wikipédia c’est fiable d’habitude» - Jean Tremblay

Jean Tremblay
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Saguenay a précisé sa pensée ce matin au sujet «des intellectuels de Greenpeace».

Dans une vidéo publiée sur YouTube hier, Jean Tremblay invitait les «fantômes» de Greenpeace à quitter le Québec, estimant que ceux-ci exercent une forme de «terrorisme» en imposant leurs propres règles qui nuisent aux projets porteurs d’emplois pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Au micro de Paul Arcand au 98,5 FM, M Tremblay en a rajouté:

«On a perdu 3000 emplois dans la forêt dans la région au cours des dernières années. Le ministre nous confirme qu’on a les normes les plus sévères au monde en la matière. Mais on a Greenpeace qui vient ajouter son grain de sel.»

La direction de Produits forestiers Résolu (PFR) se dit «incertaine» quant à l’avenir de ses trois usines à papier au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en pointant directement du doigt Greenpeace. C’est que l’organisme fait pression sur les clients de PFR pour qu’ils cessent de s’y approvisionner, parce que la multinationale a perdu la certification environnementale FSC.

«C’est quoi l’intérêt de Greenpeace, si Resolu vend pas son papier à Best Buy, un autre va le vendre», a indiqué M. Tremblay.

«S’ils aiment l’environnement tant que ça, qu’ils s’en aille en Chine, qu’ils s’en aillent en Amérique du Sud, ça pollue à tour de bras dans ces places-là. Mais non, ils s’en viennent au Québec. S’il ya  une place au monde où on fait attention et on est sensible à l’environnement, c’est le Québec. Qu’ils s’en aillent ailleurs», a lancé Jean Tremblay, sur les ondes du FM 93.

«Je ne vois pas comment Greenpeace, une organisation pas élue démocratiquement, va venir faire la loi ici, a ajouté M. Tremblay ce matin. Ils ont 300 millions $ de budget, et on ne sait pas d’où ça vient.»

Ce chiffre a ensuite été confirmé par un porte-parole de Greenpeace, Nicolas Mainville.

Puis, Paul Arcand a demandé à M. Tremblay d’où il tenait ce chiffre.

«Wikipédia c’est fiable d’habitude, a dit le maire de Saguenay. Wikipédia d’après moi c’est assez fiable.»

Les intellectuels

M. Tremblay a ensuite été amené à préciser ce qu’il voulait dire quand il critiquait les «intellectuels» dans sa vidéo.

«Les intellectuels? Ce sont les gens de Greenpeace, de grands intellectuels qui savent tout.»

Le vrai problème, est-ce que Greenpeace a sa place au Québec?

«Ils se prennent pour qui ces intellectuels-là? Je suis notaire honoraire, je ne me prends pas pour un intellectuel. Je commence à avoir mon voyage d’eux autres.»

Le maire Tremblay s’est ensuite questionné à savoir si le député de Jonquière et ex-ministre Sylvain Gaudreault, était «du bord des travailleurs ou de Greenpeace».

«Chez nous, y’a [Gaudreault] rien fait, a poursuivi M. Tremblay. Dans l’opposition, y’est parfait. Comme ministre, c’est zéro.»

Finalement, l’animateur a suggéré qu’en son temps, Jésus était une sorte d’intellectuel, ce qui a bien fait rire le maire Tremblay.

«Ha ha. À matin vous allez me laisser Jésus tranquille, vous allez faire dévier le débat ça a rien à voir là-dedans.»

Fondé au Canada, Greenpeace compte environ 40 000 membres au Québec.

*****

Vous désirez réagir à cet article dans nos pages Opinions? Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com .