/sports/hockey
Navigation

3 scandales qui ont marqué la LHJMQ

Remparts de Québec vs Saguenéens de Chicoutimi
photo d’archives Jonathan Roy avait traversé la patinoire pour s’en prendre à son vis-à-vis Bobby Nadeau, en mars 2008.

Coup d'oeil sur cet article

Les dernières semaines ont été éprouvantes dans la LHJMQ. Les deux scandales qui ont éclaté et fait les manchettes impliquent les Olympiques de Gatineau. Les enquêtes suivent leur cours et aucune décision n’a été rendue.

Le 20 février, six joueurs de la formation de l’Outaouais se sont fait pincer avec une femme dans les toilettes d’un restaurant Boston Pizza situé à moins de cinq minutes du Centre Robert-Guertin. Le service de police de Gatineau et un enquêteur externe mandaté par la LHJMQ, Richard Paquette, s’occupent de faire la lumière sur ces actes ­indécents dans un lieu public.

Dans la foulée de cette histoire, voilà qu’un autre scandale a encore frappé de plein fouet l’organisation des Olympiques en début de semaine. Une jeune femme a déposé une plainte d’agression sexuelle en bonne et due forme à la police contre quatre joueurs de la formation. Les allégations remontent à janvier 2014 dans un hôtel de Québec, alors que l’équipe s’y était arrêtée en route vers Baie-Comeau.

Depuis les années 1970, la LHJMQ a dû gérer de nombreux éclats qui ont terni son image et pâli plusieurs étoiles. Voici trois histoires de mœurs ayant fait les manchettes.

1. Agression sexuelle

En février 1989, l’entraîneur-chef des Voltigeurs de Drummondville, Jean ­Bégin, est arrêté pour agression sexuelle. Deux anciens joueurs ayant évolué sous sa gouverne ont déposé des plaintes. L’organisation le congédie.

Il fait face à sept chefs d’accusation pour lesquels il plaide coupable. Le juge le condamne à six mois de prison. ­Relâché en 1991, il s’enlève la vie.

Au cours de sa carrière de sept saisons dans le circuit junior québécois, Bégin a dirigé les Olympiques de Hull, le Titan de Laval, le Canadien junior de Verdun et les Draveurs de Trois-Rivières pour un total de 317 matchs en saison régulière. Il a également participé à la conquête de la médaille d’or avec l’équipe nationale junior en tant ­qu’entraîneur adjoint en 1988.

2. Dopage

Au début de décembre 2003, une onde de choc secoue le circuit Courteau. Un reportage fait état de la consommation répandue de drogues et d’alcool chez les joueurs. L’éphédrine, la créatine, les ­amphétamines, la marijuana et des ­calmants sont les plus consommés.

Le commissaire Gilles Courteau reconnaît l’existence du problème et s’affaire à mettre en place une politique antidopage dotée d’une tolérance zéro.

Celle-ci sera mise en vigueur la saison suivante. La liste des substances interdites est la même que celle de l’Agence mondiale antidopage. Testés aléatoirement, les joueurs font face à des sanctions s’ils ont consommé. Dans le cas d’une première offense, le fautif est suspendu de 5 à 10 matchs alors qu’une récidive vaut 25 matchs. À la troisième ­offense, il est expulsé pour deux ans.

3. Violence

En mars 2008, à l’apogée de leur rivalité et en pleine fièvre des séries éliminatoires, une bagarre générale éclate entre les Remparts de Québec et les Saguenéens de Chicoutimi, dans le deuxième match du ­premier tour au Centre Georges-Vézina.

Dans des images qui font le tour de la planète hockey et causent un important œil au beurre noir à la LHJMQ, on voit le gardien des Remparts et fils de Patrick Roy, Jonathan, traverser la patinoire pour s’en prendre à son vis-à-vis, Bobby Nadeau. Celui-ci ne veut pas engager le combat et est roué de coups.

La scène provoque une pluie de suspensions et Jonathan Roy est accusé devant les tribunaux. Il plaide coupable de voies de fait et obtient une absolution ­inconditionnelle.

Aidée par la ministre de l’Éducation, du Sport et du Loisir, Michelle ­Courchesne, la LHJMQ met en place un comité chargé d’élaborer des règles strictes pour enrayer la violence gratuite au hockey. Parmi les nombreuses recommandations, les bagarres ne seront ­toutefois pas interdites.

saguenéens CONTRE Armada
chicoutimi
27-30-4-3
Blainv.-Boisbriand
39-16-2-7
En quête du 1er rang
L’Armada ne peut se permettre de perdre cet affrontement si elle désire rester dans la course pour le sommet du classement général. L’Océanic et les Wildcats seront aux prises avec des équipes beaucoup plus coriaces. Les Saguenéens ont présenté une excellente opposition dans la série aller-­retour face à l’Océanic, récoltant trois points sur une possibilité de quatre. Dauphin, Roy, Gauthier et Ranger ont tous bien répondu à l’appel de Yanick Jean dans ces deux matchs. L’Armada n’aura qu’à bien se tenir, mais voudra certainement venger sa défaite face aux Voltigeurs. Mon choix: ARMADA
huskies CONTRE Remparts
rouyn-Noranda
32-28-3-1
québec
38-23-1-2
Répondre aux réprimandes
Les Remparts ont connu une baisse de régime à Boisbriand et Shawinigan. Il sera intéressant de voir si Anthony Duclair a compris le message que lui a lancé Philippe Boucher en l’envoyant dans les gradins regarder le match contre les Cataractes. Tkachev et Timashov ont aussi été réprimandés ­par Boucher, qui demande plus de constance. Le défenseur Nikolas Brouillard pourrait effectuer un retour au jeu ce soir. Les Huskies ont le numéro des Remparts avec deux victoires en trois matchs. L’attaque de la meute peut exploser à n’importe quel moment. Mon choix: REMPARTS
tigres CONTRE phoenix
victoriaville
27-31-2-4
sherbrooke
33-25-2-4
Sortir les griffes
Les Tigres ont perdu leurs trois derniers matchs et doivent se ressaisir pour ne pas se mettre en danger alors qu’ils sont à égalité avec les Olympiques aux 15e et 16e rangs. La défense est à resserrer et les gros canons ­doivent se faire menaçants. Le ­Phoenix doit aussi se replacer s’il espère conserver l’avantage de la patinoire pour les séries. Il n’a remporté que 3 de ses 10 derniers matchs. Deux des quatre affrontements entre ces deux équipes ont nécessité la prolongation. Les partisans du Phoenix ­attendent un gain à domicile depuis le 19 février. Mon choix: TIGRES
voltigeurs CONTRE olympiques
drummondville
25-35-1-3
gatineau
27-31-0-6
le couteau entre les dents
En plein cœur d’une tempête, les Olympiques pourraient s’assurer une place en séries éliminatoires avec une victoire ce soir. Ce serait un retournement de situation puisqu’ils étaient ­exclus des séries il y a un mois. La dernière fois qu’ils ont fait les manchettes pour des gestes qui auraient été posés hors de la glace, ils étaient sortis avec le couteau entre les dents pour battre facilement les Wildcats à Moncton. De leur côté, les Voltigeurs n’ont d’autre choix que d’encaisser les deux points s’ils désirent vivre d’espoir. Ils ont battu l’Armada dimanche ­dernier. Mon choix: OLYMPIQUES
foreurs CONTRE cataractes
val-d’or
34-22-3-5
shawinigan
36-24-1-2
Qui freinera les foreurs ?
Les Foreurs ont établi un record de franchise mercredi à Drummondville en remportant une 12e victoire de suite. Nicolas Aubé-Kubel, Anthony Richard, Anthony Beauregard, Julien Gauthier et compagnie n’ont pas ralenti la cadence. L’attaque est dangereuse et fait des ravages. Les Cataractes traversent aussi une bonne séquence. Ils ont ­gagné leurs quatre derniers duels et convoitent également le 5e échelon du classement, occupé par les Foreurs. La brigade défensive de Martin aura fort à faire pour éviter que les attaquants ­adverses mitraillent Marvin Cüpper. Mon choix: FOREURS
océanic CONTRE drakkar
Rimouski
43-15-3-2
baie-comeau
33-23-5-3
rivalité intense
Cette intense rivalité connaîtra son dénouement de la saison ce week-end. Pour la troisième fois de la campagne, ces équipes se rencontrent deux fois en moins de 24 heures. Le Drakkar avait remporté les honneurs de la ­première série aller-retour et avait ensuite arraché trois points à l’Océanic à ­Rimouski en janvier. Simon Desbiens et Jasmin Boutet ne seront pas des affrontements chez le Drakkar, toujours suspendus. L’Océanic excelle sur les patinoires adverses, avec une fiche de 17 victoires, mais l’air de Baie-Comeau ne semble pas lui faire grand bien. Mon choix: DRAKKAR

 

Brèves

À surveiller demain

Foreurs contre Remparts
 
Les Foreurs ont amassé des points à chaque duel face aux Remparts cette saison, signant 2 gains.
 
Saguenéens contre Cataractes

Les Cataractes viseront le balayage. Les Sags ­perdent tous leurs moyens en les affrontant.

Océanic contre Drakkar
 
Second match de ce double affrontement en 24 heures. Des ­flammèches à prévoir.

À surveiller dimanche

Armada  contre Voltigeurs
 
Les Voltigeurs ont joué les trouble-fête ­dimanche dernier à Boisbriand. 
 
Tigres contre Olympiques
 
Ce sera une bataille pour grimper dans le bas du classement général afin d’améliorer son sort.
 
Cataractes contre Océanic
 
Les deux équipes en ­seront à leur 3e match en 3 jours. La fatigue sera au rendez-vous.

Retournement de situation

Nouveau retournement de situation dans le dossier des actes indécents qu’auraient commis six joueurs des Olympiques de Gatineau dans un restaurant Boston Pizza le soir du 20 février.

Le quotidien Le Droit a publié l’extrait sonore des dépositions faites aux policiers par les ­employés qui ont vu la scène.

Selon eux, la femme qui aurait attiré les joueurs dans les toilettes situées au deuxième étage du bâtiment était intoxiquée.

C’est pourtant ce que trois chroniqueurs avaient dénié après avoir visionné les bandes vidéo sur lesquelles sont enregistrés les événements de ce soir-là.

Nuance

Le service de police a ouvert une enquête concernant des actes indécents et non une agression sexuelle.

Il importe de rappeler qu’un individu est coupable de cet acte s’il se trouve dans un endroit public en présence d’une ou de plusieurs personnes. «C’est clair que les toilettes d’un restaurant, c’est un endroit public, a certifié un avocat criminaliste, Luc ­Simard. Pour qu’ils soient ­coupables, il faut prouver qu’ils avaient l’intention de choquer.»

Sans bande vidéo, il est toutefois difficile de savoir ce qui s’est réellement produit à ­l’intérieur.

La clé de l’enquête sera la déposition du gérant, qui a découvert ce qui s’y déroulait après avoir ouvert la porte.

 

Dans le calepin...

  • La LHJMQ a fait connaître les candidats en lice au trophée Marcel-Robert remis au joueur étudiant de l’année. Jérémy Grégoire, un espoir du CH, Dominic Talbot-Tassi ou Redgie Bois devrait en être le récipiendaire lors du Gala des Rondelles d’Or qui aura lieu le 8 avril. 
  • Le petit attaquant de l’Armada, Danick Martel, avait de quoi être fier cette semaine. À 20 ans, il a paraphé un premier contrat chez les professionnels d’une durée de trois ans avec les Flyers. 
  • Adam Chapman n’a pas fait preuve d’un grand esprit sportif mercredi soir. Fiers de leur 12e victoire de suite et établissant un record de franchise, les ­Foreurs voulaient garder la rondelle du match. Or, l’attaquant l’a ramassée avant de quitter la patinoire. Le préposé à l’équipement des Foreurs, Simon Payette, a finalement réussi à mettre la main sur l’objet convoité.
  • Dans la Ligue junior A de l’Ontario, une dizaine de joueurs des Cougars de Cobourg auraient agressé des filles dans une soirée festive. Ils auraient aussi tenu des propos discriminatoires sur Twitter en utilisant un mot clé. La police provinciale ontarienne (OPP) a ouvert une enquête.
  • Âgé de 15 ans, le gestionnaire des réseaux sociaux des Cataractes, Anthony Toupin, a trouvé sa nouvelle vocation. D’un œil allumé, il partage les moindres faits et gestes de l’équipe.