/news/currentevents
Navigation

La version de Joël Legendre contredite: aucune contravention pour avoir uriné au parc Marie-Victorin en 2014

Lorsque Le Journal s’est présenté à la station Rouge FM lundi, Joël Legendre disait ne pas savoir de quoi il était question.
Photo d’archives Lorsque Le Journal s’est présenté à la station Rouge FM lundi, Joël Legendre disait ne pas savoir de quoi il était question.

Coup d'oeil sur cet article

Dans une déclaration qui contredit l’animateur Joël Legendre, le procureur en chef de la cour municipale de Longueuil affirme qu’aucun constat d’infraction pour avoir uriné dans le parc Marie-Victorin n’a été donné en 2014.

Dans une déclaration qui contredit l’animateur Joël Legendre, le procureur en chef de la cour municipale de Longueuil affirme qu’aucun constat d’infraction pour avoir uriné dans le parc Marie-Victorin n’a été donné en 2014.

Le comédien de 48 ans avait pourtant assuré au Journal, lundi, qu’il avait dû payer une contravention de 438 $ pour une «obscénité ou indécence» parce qu’il avait uriné entre deux arbres plutôt que dans les toilettes publiques, le 4 septembre dernier, écartant d’emblée avoir posé un geste de nature sexuelle.

Le résident de Rosemont avait alors été intercepté au cours d’une opération spéciale de la police de l’agglomération de Longueuil visant à contrer les obscénités commises dans ce parc familial.

«On n’a pas accusé personne dans le parc Marie-Victorin pour des gens qui ont uriné, en 2014. [...] Ce sont les statistiques qui le démontrent», a assuré le procureur en chef Daniel Gauthier, hier.

De plus, une enquête menée par Le Journal depuis lundi a permis de démontrer que le policier en mission d’infiltration s’est approché d’un homme se touchant les parties génitales par-dessus son pantalon.

Masturbation et flirt

À l’approche du policier en civil, alors qu’ils se trouvaient à environ une dizaine de pieds l’un de l’autre, le contrevenant aurait sorti son pénis de son pantalon et se serait masturbé devant l’agent, selon nos informations.

M. Legendre aurait ensuite initié un flirt sans équivoque avec le policier, lui indiquant qu’il le trouvait à son goût, a-t-on appris. C’est à ce moment que le policier s’est identifié et a interpellé Joël Legendre.

Ce dernier s’est assuré que le policier savait bel et bien qui il était, mettant ainsi à profit le fait qu’il est une personnalité connue.

Ces informations ont d’ailleurs été consignées dans un document officiel.

À Longueuil, le montant de l’amende grimpe en fonction de la gravité de l’infraction. Me Gauthier refuse de donner les détails de l’infraction commise par M. Legendre, mais confirme qu’avec son billet de 438 $, M. Legendre a obtenu plus que l’amende minimale de 100 $.

«Par exemple, si les actes indécents se passent à l’intérieur des vêtements, c’est une chose. Mais à partir du moment où on sort une partie de son anatomie, ce n’est plus la même affaire», a illustré le procureur, précisant qu’une amende plus lourde est imposée dans le second cas.

Pas de réponse

Joël Legendre n’a pas rappelé Le Journal hier, malgré plusieurs tentatives pour lui parler directement, par l'entremise de son agent et de son attachée de presse. Cette dernière nous a confirmé lui avoir transmis le message de vive voix.

Rencontré par Le Journal lundi, M. Legendre avait d’abord dit ignorer de quoi il s’agissait, pour ensuite prétendre qu’il était question d’une histoire inventée.

Puis, six heures plus tard, au téléphone, l’animateur a raconté au Journal avoir plutôt été simplement surpris à uriner lors d’une séance de jogging.

«Je n’ai rien fait de sexuel là, je ne suis pas un criminel», avait-il insisté.