/news/currentevents
Navigation

Meurtres : Hudon-Barbeau clame son innocence

FD-EVASION-HUDON-BARDEAU
Photo d'Archives Benjamin Hudon-Barbeau

Coup d'oeil sur cet article

Une ex-relation des Hells Angels, connue pour une évasion en hélicoptère il y a deux ans, a clamé hier son innocence dans le double meurtre pour duquel il est accusé.

Menotté dans le box des accusés, Benjamin Hudon-Barbeau ne s’est pas gêné pour nier les graves accusations auxquelles il fait face. En fait, il a même juré ne plus croire en rien.

Ce qui ne l’empêchera pas de subir un procès pour des crimes qui seraient survenus à l’automne 2012 dans les Laurentides. En tout, il fait face à deux accusations de meurtre et trois tentatives de meurtre «par balle [...], en encourageant Ryan Wolfson [un homme déjà arrêté et accusé] à commettre l’infraction»

Mais même si la Couronne estime qu’il n’était pas le tireur, Hudon-Barbeau risque la même peine, soit la prison à vie.

Selon l’acte d’accusation, il a participé au meurtre prémédité de Frédérick Murdock, qui serait l’homme de main du riche homme d’affaires Vincent Pietrantonio. Ce dernier avait été attaqué, mais il avait survécu, tout comme son fils Tommy lors d’une fusillade survenue deux semaines plus tôt.

L’accusé de 38 ans aurait également participé au meurtre de Pierre-Paul Fortier à l’arrière du Manoir Saint-Sauveur, ainsi qu’à la tentative de meurtre contre Dannick Lessard, un bagarreur dans la Ligue nord-américaine de hockey qui s’était fait tirer dessus lors de la fermeture d’un bar de danseuse où il travaillait.

Courte liberté

Les attaques étaient survenues pendant la courte période où Hudon-Barbeau était en liberté. C’est qu’il était détenu depuis 2006 dans une affaire de meurtre dans un bar du boulevard Saint-Laurent, mais une témoin-clé avait changé sa version si bien qu’il avait été libéré six ans plus tard.

Il n’est toutefois pas resté libre longtemps, puisqu’il s’est ensuite fait arrêter de nouveau pour des accusations liées à des armes. En mars 2013, il s’était brièvement évadé de la prison de Saint-Jérôme en hélicoptère.

Il avait aussi été arrêté et accusé dans le cadre de l’opération SharQc en 2009, qui visait les Hells Angels et des membres de leur entourage, mais il avait bénéficié tout comme 31 des 155 accusés d’un arrêt des procédures sur plusieurs chefs.

Récemment, il avait déposé une poursuite civile de 25 millions $ contre l’État pour son «traumatisme irréparable» lié à l’un de ses passages en prison.