/lifestyle/techno
Navigation

7 ans à travailler avec des génies

Le Québécois Patrick Pichette quitte Google, tandis que l’entreprise américaine est au sommet

Patrick Pichette
Photo Reuters Patrick Pichette

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Un des piliers de Google, le Québécois Patrick Pichette, a annoncé cette semaine qu’il prenait sa retraite, après sept ans passés au cœur du géant américain. Hyperactif, passionné et véritable bourreau de travail, il avait pourtant l’air de tout sauf d’un homme qui s’apprête subitement à prendre sa retraite.

«Tu travailles avec des géants. Il faut que tu puisses suivre. Je travaille avec des génies, c’est une leçon d’humilité», a-t-il confié en entrevue, quelques jours avant l’annonce-surprise de son départ.

«J’ai une job assez facile. La première question que je me pose quand les idées aboutissent à mon bureau c’est: “Est-ce que je vais avoir au moins un milliard d’utilisateurs potentiels?”»

«Deux cents millions d’utilisateurs, ça ne vaut pas notre temps. On vise la planète», insistait le Québécois, depuis son bureau au siège social de Google à Mountain View.

Onde de Choc

À 52 ans, Patrick Pichette occupe un poste prestigieux, celui de chef de la direction financière (CFO) de Google, une compagnie évaluée à 158 milliards de dollars.

Pas étonnant que la nouvelle de son départ ait semé une onde de choc dans la communauté techno de Silicon Valley.

«Son départ est une perte pour Google. M. Pichette est l’un des meilleurs dirigeants de Google. Il a inculqué une discipline financière à la compagnie», a écrit le USA Today.

Tour du monde

Patrick Pichette a expliqué les raisons de cette décision dans une lettre touchante publiée sur sa page Google Plus.

«Je prends ma retraite de Google pour passer plus de temps avec ma famille. Oui, je sais, vous avez déjà entendu ça quelque part».

Les enfants maintenant partis de la maison, Patrick Pichette explique vouloir profiter des bonnes années qu’il lui reste pour faire le tour du monde avec sa femme.

«Le rythme est effréné depuis 1500 semaines maintenant. Je suis toujours branché, même quand je ne suis pas censé l’être», écrit-il.

Le co-fondateur de Google, Larry Page a écrit en introduction de ce texte: «Un avis de départ non conventionnel de la part d’un CFO non conventionnel. C’est à lire, ça vous réchauffe le cœur».

M. Pichette restera en poste pour les six prochains mois pour aider la compagnie à trouver un nouveau chef financier qui cadre avec la culture de la compagnie, ce qu’on appelle dans le jargon, être «googley».

Millionnaire à vélo

«En gros ça veut dire, est-ce que tu travailles à changer le monde: c’est un mélange d’idéalisme d’innovation, d’ouverture d’esprit. C’est une culture d’optimisme. On cherche les réponses aux questions mondiales», dit-il.

Ce n’est pas «googley» en revanche d’exhiber sa richesse. Patrick Pichette correspond à ce profil. Malgré son salaire faramineux (31 millions $ grâce à ses actions entre 2010 et 2013, selon CNN Money), il vient au travail à vélo chaque jour.

«Mon auto, c’est une Golf, elle vient de passer le cap des 16 000 km et ça, c’est parce que je la prête à d’autres.»

 


Google

  • 16 ans en septembre dernier 
  • 158 milliards $ (valeur de la marque)
  • 14,4 milliards $ de profits en 2014
  • 75% des recherches sur le web sont faites sur Google 
  • 100 bureaux dans plus de 50 pays
  • 55 000 employés à temps plein
  • 2,5 millions de demandes d'emploi par an sont envoyées à Google 
  • 30 cafés au siège socialde Mountain View
  • 150 cafés et plus de 650 cuisines à l'échelle mondiale 
  • 75 000 repas servis par jour dans le monde, soit 19 millions par an.
  • 600 employés au Canada dans leurs bureaux de Toronto, Montréal, Kitchener-Waterloo et Ottawa.
 
(Sources: Google, New York Times et BrandZ Top 100 2014 du cabinet Milward Brown) 

*****

 

Vous désirez réagir à cet article dans nos pages Opinions? Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com .