/news/society
Navigation

Des «quotas à respecter»

Une dizaine d’automobilistes ont reçu des tickets hier pour avoir omis de tourner leurs roues

Ticket rue préfontaine
Photo Le Journal de Montréal, Mélanie Colleau Un policier du Service de police de la Ville de Montréal a déposé une dizaine de contraventions, hier matin, sur le pare-brise de véhicules qui n’avaient pas orienté leurs roues vers le trottoir, dans une petite rue pentue du quartier Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. L’un d’eux, Guy Boudreau, déplore vivement le zèle de l’agent.

Coup d'oeil sur cet article

Un policier qui avait «des quotas à respecter» a laissé des contraventions en souvenir à une dizaine d’automobilistes qui n’avaient pas tourné leurs roues vers le trottoir, dans une petite rue en pente de Montréal.

Après avoir découvert le constat de 57 $ sur son pare-brise et aperçu la dizaine d’autres contraventions coincées sous les essuie-glaces des voitures voisines, Guy Boudreau a vivement interpellé le patrouilleur en service pour connaître la raison de sa contravention.

Selon ses dires, et à sa grande surprise, le policier aurait rétorqué: «C’est écrit sur le ticket», avant d’ajouter: «On a des quotas à respecter», rapporte M. Boudreau.

L’agent aurait poursuivi en lui expliquant que lui et ses collègues essayaient de faire abolir les quotas que la ville de Montréal leur impose, et qu’à Québec, par exemple, leurs homologues avaient une retenue de 50 $ sur leur paie s’ils ne donnaient pas assez de constats d’infraction.

«Ça devient ridicule, on se fait contrôler pour la moindre petite chose. On appelle ça du zèle», peste Guy Boudreau qui promet de contester son ticket.

« Pas de sens »

Victime elle aussi du même agent, Mme Nguyen n’a pas compris tout de suite le pourquoi du constat. «Je me gare ici tout le temps pour prendre le métro car je travaille dans le centre-ville, et ça ne m’est jamais arrivé. Je ne connaissais même pas ce règlement. Ça n’a pas de sens», déplore-t-elle.

Pour l’avocat Éric Lamontagne, spécialisé en infractions routières chez Contravention Expert, ce type de ticket «fait partie de ces fameuses contraventions qu’on donne une fois toutes les années bissextiles», image-t-il.

S’il estime que ce règlement à sa raison d’être pour assurer la sécurité du public, il rétorque toutefois qu’il est «difficile de donner de bonnes habitudes aux gens en donnant une série de contraventions, puis en disparaissant».

Chercher l’infraction

<b>Alfredo Munoz</b><br />
Fondateur SOS Ticket
Photo d'archives
Alfredo Munoz
Fondateur SOS Ticket

Par ailleurs, l’allusion aux quotas supposément faite par le policier ne le surprend pas

«Il cherche l’infraction au lieu de la constater [...]. Ça démontre le malaise entre la ville, le SPVM et ses policiers. Ces derniers servent presque de collecteurs de taxes».

Le fondateur de SOS Ticket, Alfredo Munoz, opine dans le même sens que M. Lamontagne. «Malheureusement aujourd’hui, les quotas font la loi». L’ancien policier déplore le rendement demandé aux agents, qui finit par occulter, selon lui, «le niveau de service qu’on souhaite offrir à la population».

En 2005, lorsqu’il était encore au SPVM, les quotas imposés étaient de 100 contraventions par mois par équipe de travail.

«Aujourd’hui, c’est environ 130. Ça fait deux par personne par jour en moyenne», révèle-t-il. Avec un tel fonctionnement, «on perd confiance dans le corps policier, et le respect de la population», se désole-t-il.

 


« Nul n’est censé ignorer la loi »

S’il existe beaucoup de règlements méconnus dans le Code de la sécurité routière du Québec, «nul n’est censé ignorer la loi», a rappelé le Service de police de la Ville de Montréal.

Lorsqu’un véhicule est stationné dans une pente, le frein à main doit entre autres être actionné et les roues, orientées vers le trottoir, a indiqué au Journal le sergent Laurent Gingras, des relations médias.

«Si un frein cède, le véhicule sera bloqué par la bordure et on évitera qu’il dévale toute la pente», a-t-il expliqué.

Il a reconnu que ce règlement ne faisait pas partie des plus connus de la population, et n’a pas souhaité faire de commentaires sur la référence aux «quotas à respecter» du policier. «Ce n’est pas une histoire de quotas, mais de sécurité du public», a-t-il déclaré. 

*****

Vous désirez réagir à cet article dans nos pages Opinions? Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com .