/sports/fighting
Navigation

Des coups d'éclat de Pascal et Kovalev à la pesée

Jean Pascal décline le face-à-face et Sergey Kovalev fait un doigt d’honneur à des amateurs

Coup d'oeil sur cet article

À l’instar de la conférence de presse, on a eu droit à des coups d’éclat de la part de Jean Pascal et de Sergey Kovalev, hier, lors de la pesée officielle.

Il y avait une certaine tension dans l’air quand les deux boxeurs se sont présentés sur la scène du Casino de Montréal. Pascal, premier sur la balance, affiche le poids exact prévu à son contrat: 175 lb.

Après, ce fut au tour de Kovalev de s’exécuter. Il montre un poids de 174,2 lb. Pendant que le champion unifié est sur le pèse-personne, plusieurs amateurs le huent et celui-ci répond avant un geste de la main comme quoi il va leur fermer le clapet samedi soir.

Les partisans du Québécois ont continué de lui crier des insultes et Kovalev, visiblement dérangé par leurs remarques, leur a fait un doigt d’honneur avant de débarquer de la balance. Un comportement plutôt bizarre pour «Krusher» qui souhaite se faire de nouveaux adeptes en sol montréalais.

Entre les deux actions de son adversaire, Pascal s’est rhabillé avant de quitter la scène dans un coup d’éclat comme on a souvent été habitué de sa part. Donc, le traditionnel face-à-face n’a pas eu lieu.

Kovalev s’est alors retrouvé seul et il semblait surpris de la situation. Si Bernard Hopkins n’est pas parvenu à entrer dans la tête du Russe, Jean Pascal peut dire: mission accomplie, sur cet aspect.

Pascal ajoute de l’Huile sur le feu

Joint par Le Journal de Montréal en fin d’après-midi, Pascal a pris connaissance de l’ampleur des événements par le truchement d’internet.

«Il est frustré et ça paraît, a déclaré celui qui s’autoproclame le champion du peuple. Je suis un peu surpris de sa réaction.

«Ne devait-il pas être le bon gars dans notre combat? Je l’ai dit lors de la conférence de presse, c’est de la bouillie pour les chats. Il laisse parler les autres pour faire à croire que c’est une personne humble, mais dans le fond, ce n’est pas cela. Il l’a prouvé aujourd’hui [hier].

«Pour ce qui est de son doigt d’honneur, je n’aurai jamais posé un tel geste en 100 ans.»

Avec les événements de la pesée, on peut octroyer la victoire à Pascal sur le plan de la guerre psychologique. Par contre, les compteurs seront remis à zéro lorsque la première cloche sonnera.

Duva toujours confiante

Du côté du clan Kovalev, la confiance est toujours de mise malgré les actes particuliers de leur pugiliste.

«Je ne crois pas que Sergey est affecté sur le plan psychologique, a affirmé la promotrice Kathy Duva. Si Hopkins n’a pas réussi à rentrer dans sa tête, ce n’est certainement pas Pascal qui le fera.»

Elle croit que le geste de son boxeur s’explique assez facilement.

«Sergey pesait 175 lb hier soir et il n’avait pas mangé depuis, a-t-elle raconté. Il avait donc l’épiderme plus sensible sur le plan de l’humeur.»

Selon certaines rumeurs qui ont circulé hier, Kovalev aurait eu de la difficulté avec son poids au cours de la dernière semaine. Cela expliquerait sa «baboune» de compétition.

Duva était aussi surprise de la réaction de Pascal de décliner le face-à-face. «C’est la première fois que je vois une telle scène en 37 ans dans le monde de la boxe, a déclaré l’Américaine. Est-ce que c’est la nervosité ou de la peur? Je ne le sais pas, mais nous aurons nos réponses demain soir [samedi].»

Les portes du Centre Bell s’ouvriront à 18 h et la première cloche est prévue pour 18 h 30. Le combat Kovalev-Pascal ne devrait pas avoir lieu avant 23 h 30.

Brèves

Un combat équilibré selon Abel Sanchez

Le célèbre entraîneur Abel Sanchez croit que Sergey Kovalev et Jean Pascal ont des chances égales de l’emporter lorsqu’ils s’affronteront ce soir devant les caméras de HBO.

«C’est un combat 50-50, a souligné celui qui dirige notamment Gennady Golovkin. Pascal a prouvé dans le passé qu’il est capable de relever des défis. Il est en mesure de s’adapter à plusieurs styles de boxeurs quand il se retrouve sur un ring. Je crois qu’il est trop intelligent pour se faire frapper solidement.

«De son côté, Sergey devra trouver une façon de s’imposer rapidement dans le duel. Si ce n’est pas le cas, il pourrait avoir une longue soirée. Je ne ferai pas de prédiction, mais ce sera tout un combat.»

Sanchez a donné un coup de main à Pascal dans sa préparation. Il a permis à son protégé Murat Gassiev d’aller faire des rounds d’entraînement avec le Québécois.

«Ils voulaient surtout utiliser Murat en raison de sa portée et de son physique imposant, a raconté Sanchez. Ils voulaient simuler des situations qui pourraient survenir contre Kovalev qui est aussi un gros bonhomme.»