/lifestyle/techno
Navigation

L’Apple Watch une belle impression

L’Apple Watch une belle impression

Coup d'oeil sur cet article

Après en avoir présenté le prototype en septembre dernier, voilà qu’Apple a enfin dévoilé sa fameuse montre connectée, l’Apple Watch. Au-delà de ses fonctions de base, peu originales si on les compare aux montres Android Wear, la montre d’Apple introduit tout de même quelques nouveautés inédites, qu’on a pu essayer plus tôt cette semaine. En voici cinq.

Une couronne toute numérique nouveau genre

1. Plusieurs seront probablement refroidis par la «couronne numérique» de cette Watch, qu’Apple espère aussi attrayante que la roulette tactile de son défunt iPod. Elle s’apprivoise tout de même assez bien: on la remonte pour agrandir l’image à l’écran ou pour faire défiler de longues listes, on appuie pour revenir à l’accueil ou, si on appuie plus longuement, on lance la commande vocale Siri. L’idée est ingénieuse: comme l’écran est plutôt étroit, ça évite de cacher du doigt les éléments qu’on souhaite ne pas perdre de vue.

 

Plusieurs niveaux de pression tactile

2. On doit tout de même interagir avec l’écran de la Watch, pour lancer une application, pour entrer du texte, etc. Pour ce faire, Apple introduit une interface appelée «Force Touch» détectant le niveau de pression et réagissant en conséquence: on tapote légèrement pour sélectionner, ou on appuie un peu plus longuement pour produire un menu contextuel plus détaillé. Là encore, c’est simple, et ce ne sera pas exclusif à la Watch: les nouveaux MacBook ont un pavé tactile qui remplace le «clic droit» de la souris par ce niveau de pression double.

Siri et des emoji en guise de clavier

3. La Watch ne fait pas grand-chose sans iPhone à proximité, mais jumelé au téléphone, elle le remplace de plein de façons. On peut répondre à des messages à même la montre, via une série d’icônes emoji ou avec la commande vocale Siri. Celle-ci a pris beaucoup de galon depuis son lancement et comprend désormais plus de 90 % de ce qu’on lui dit en français. Évidemment, il faut s’habituer à parler à son poignet, ce qui n’est pas toujours commode (quand c’est bruyant) ni même poli (quand on n’est pas seul)...

Des applications de domotique poussées

4. On pourra payer avec sa Watch sous peu même au Canada. Desjardins, notamment, a laissé entendre qu’elle travaillait avec Apple pour l’intégrer à ses solutions de paiement mobile. Mais l’interaction de la montre avec son environnement va plus loin: la serrure des chambres de certaines chaînes hôtelières pourra être déverrouillée par proximité. Mieux: des appareils connectés déjà sur le marché n’auront besoin que d’une mise à niveau de leur application pour être commandés de cette façon. Ainsi, vous pourriez voir la vidéo en direct du système de sécurité maison sur votre poignet, et déverrouiller la porte d’entrée à distance, sans sortir votre iPhone de votre poche.

 

Un affichage Retina lumineux et animé

5. On voit plein de photos sur la Toile de montres Android Wear dont l’écran est si coloré et détaillé qu’on jurerait qu’il s’agit de vraies aiguilles sur un véritable cadran de montre automatique. Ne vous laissez pas prendre au jeu: ces images sont retouchées. En personne, l’écran Retina de l’Apple Watch leur est de loin supérieur. En plus, les cadrans peuvent être animés de plein de façons, ce qui ajoute à son charme, et Apple propose un niveau de personnalisation élevé des éléments affichés (heure, météo, pouls, etc.) sans avoir à bidouiller sur son téléphone.


Premier essai mi-figue mi-raisin

Tout le monde semble d’accord: à 450 $ pour le modèle Sport (le modèle «régulier» coûte entre 700 et 800 $ selon que son boîtier fait 38 ou 42 mm, et l’Edition coûte au bas mot 13 000 $), l’Apple Watch coûte cher. Surtout que certaines caractéristiques techniques nous laissent sur notre appétit: pas de capteur GPS intégré, un stockage somme toute limité pour la musique embarquée, et surtout, une autonomie de 18 heures «en moyenne».

En personne, cette Watch est tout de même fort séduisante: les matériaux sont triés sur le volet et le design est élégant. Est-ce que ça compense ses carences et son prix de détail, doublant celui de montres Android Wear aux fonctions comparables? Pas convaincu. Remarquez, on disait la même chose du premier iPhone, qu’un «jailbreak» rendait combien plus attrayant. Bref, aussi bien attendre la première salve d’applications, mises en marché par des développeurs tiers autorisés par Apple (ou pas), avant de tirer une conclusion définitive sur la valeur de cette montre connectée...

 

Sur le même sujet